L'essayer, c'est l'adopter.

Il existe des voitures que l'on sous-estime, à tort, malheureusement. Au premier abord, elles ne payent pas de mine. Pourtant, lorsque l'on prend le temps de les découvrir, elles deviennent attachantes et on pardonne tous leurs éventuels petits défauts. Mieux, la psychologie faisant que tous les aspects négatifs de ces dernières se transforment en atout de charme et renforcent leur capital sympathie. La Suzuki Swift Sport fait partie de cette caste, et mériterait à ce que le public avide de sensations la prenne plus au sérieux. Non, elle n'a pas un physique photogénique. Elle n'a pas non plus une fiche technique à tomber par terre, après tout, elle n'a que 140 ch. Et pourtant, après plusieurs heures au volant de cette Swift Sport, le charme opère et on en devient amoureux.

Essai Suzuki Swift Sport

Il est vrai que les photos ne la mettent pas en valeur. En réalité, l'aspect esthétique et l'accastillage sportif est beaucoup plus valorisant. Combien de personnes se sont arrêtées quelques secondes pour la regarder, pour admirer sa belle couleur bleue (Speedy Blue Metallic) superbement contrastée par des éléments noirs et pour, il faut le dire, lire l'insigne arrière pour connaître l'identité exacte de cette petite boule de nerfs. La Suzuki Swift Sport a une bouille avenante. Contrairement au diktat imposé par les sportives, elle n'a pas l'air méchante car elle n'en fait pas trop. Ceci dit, elle ne manque pas de sportivité. En témoignent son pare-chocs avant et ses prises d'airs, ses belles jantes de 17 pouces, ses jupes latérales noires, son bouclier arrière avec deux véritables canules d'échappement et sa casquette sur le hayon. Même un non-initié en automobile comprend que la Swift Sport n'est pas là pour faire de la figuration. C'est une voiture de sport, et cela se voit !

Vous allez peut-être me dire : "D'accord, c'est une sportive, mais à quel point ?". Eh bien, je vous redonderais qu'elle est forcément plus sportive que ce que vous pensez. Pour déterminer la "sportivité" d'une voiture on se base sur ses performances. On oublie souvent de mettre en avant les sensations que procure un modèle, cela est bien dommage. Alors oui, si on compare la Suzuki Swift Sport à d'autres citadines sportives comme la Ford Fiesta ST, la Swift Sport est à la traîne. Elle accélère de 0 à 100 km/h en 8,1 secondes et atteint une vitesse maximale de 210 km/h sur circuit. Non, ce n'est pas fameux, mais peu importe...

Essai Suzuki Swift Sport
Essai Suzuki Swift Sport

Il n'empêche que la Swift Sport est une machine à sensations. C'est une voiture comme on n'en fait plus et prouve qu'avec un poids contenu et une puissance suffisante, on peut dessiner un sourire sur son visage une fois derrière le volant. À l'accélération, la Swift Sport démarre en flèche avec une sonorité qui n'est pas désagréable (sans être envoûtante). Suzuki aurait pu l'embellir à l'aide d'un son artificiel via les haut-parleurs. Au lieu de ça, la Swift Sport reste naturelle, et ça, on aime ! C'est une voiture authentique, qui ne se ment pas et qui ne trompe pas son conducteur. Son moteur 1.4 Boosterjet est plein, il délivre son couple assez tôt et il est bien aidé par son turbo. En revanche, parfois, il faudra manœuvrer le levier de vitesses pour engager le bon rapport et retrouver un couple optimum. 

À l'approche des virages, le freinage est assez mordant. Le système est composé de disques avant ventilés de 16 pouces et de 15 pouces à l'arrière. Cela dit, après des dizaines de kilomètres en conduite sportive, les freins perdent un peu de leur efficacité et la pédale centrale devient plus spongieuse. Plus à gauche, il y a une autre pédale, qui comme vous le savez tous, permet de débrayer pour jouer de la boîte de vitesses. Cela améliore grandement l'expérience de conduite et on prend un malin plaisir en conduite dynamique. Cette boîte est assez bien verrouillée, il y a même six rapports, ce qui est appréciable sur autoroute. Même si ce modèle porte le badge 'Sport', il n'empêche qu'il est civilisé et qu'il peut dévorer les kilomètres sans aucun problème. D'ailleurs, nous avons été surpris par l'armada d'aides à la conduite, surtout pour une si 'petite voiture'. Il y a un régulateur de vitesse adaptatif, un freinage d'urgence et même une aide à la correction de trajectoire ! Le seul petit bémol, c'est son réservoir de 37 litres. La Swift Sport demandera souvent de passer par une station-service avant d'aller jouer.

Essai Suzuki Swift Sport
Essai Suzuki Swift Sport
Essai Suzuki Swift Sport

On peut même s'amuser à plusieurs, car malgré sa longueur de seulement 3890 mm, il y a étonnamment assez de place pour embarquer 3 ou 4 personnes avec soi. Mais bon, ce n'est pas bien drôle, car si la Swift Sport excelle, c'est en partie grâce à son faible poids. Si des personnes sont avec vous, l'efficacité de la voiture sera 'bridée'. En parlant de l'habitacle, nous avons été séduits par les sièges Sport. Ils maintiennent vraiment bien les occupants lors des enchaînements et sont assez moelleux pour ne pas souffrir de douleur. Nous avons roulé plusieurs heures au volant de la Swift Sport et nous n'avons aucune remarque négative à faire sur le confort à bord. Certes, le châssis est plutôt ferme, mais Suzuki a fait quelques concessions pour préserver le confort à bord.

En parlant de l'habitacle, Suzuki aurait pu le soigner encore plus (mais la voiture serait vendue à un prix plus élevé). Pour distinguer cette version sportive, le constructeur japonais a seulement inséré des éléments rouges visibles sur la console centrale, la planche de bord et dans le tableau de bord. Il y a également un pédalier en aluminium, mais ce n'est toujours pas suffisant pour la distinguer des autres versions. Les matériaux en plastique ne sont pas très agréables au toucher, de plus, le système d'infodivertissement a un souci de fluidité sans parler des graphismes un peu dépassés. C'est loin d'être parfait, mais ce n'est pas catastrophique non plus. Mention spéciale aux sièges chauffants, équipement auquel on s'y attendait vraiment pas à bord de cette Swift Sport.

Essai Suzuki Swift Sport

Si vous recherchez la performance pure, la Swift Sport ne pourra pas vous satisfaire car elle est polyvalente et imparfaite. Il y a par exemple quelques prises de roulis par-ci par-là, des remontées de couple en sortie de virage lorsqu'on met le pied au plancher, un comportement légèrement sous-vireur, etc.  Mais ce n'est pas bien grave, car comme écrit plus haut, on aime cette voiture pour ses qualités... et pour ses défauts. On lui pardonne, et après des centaines de kilomètres et de jours à la tester, nous avons pris notre dose d'adrénaline. À la fin de l'essai, nous étions satisfaits. Nous essayons des dizaines et des dizaines de voitures chaque année, mais cette Suzuki Swift Sport a quelque chose de singulier. Finalement, il n'en faut pas beaucoup pour prendre son pied au volant. Pourquoi les constructeurs ne lancent-ils pas plus de voitures de ce type ? Il y a certes la Fiat Abarth 595, mais en dehors de ça, l'offre est très limitée.

 
Points positifs  Points négatifs
Vitalité du moteur  Présentation intérieure 
Voiture amusante, efficace et polyvalente Sonorité de l'échappement (on veut plus de bruit !)
Sensation de légèreté  Réservoir de 37 litres 

 

Suzuki Swift Sport

Motorisation 1.4 Boosterjet, quatre cylindres, injection directe
Puissance 140 ch à 5500 tr/min
Couple maximum 230 Nm entre 2500 et 3500 tr/min
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 8,1 secondes
Vitesse maximum 210 km/h
Longueur 3890 mm
Largeur 1735 mm
Hauteur 1495 mm
Poids 970 kg
Volume de coffre 265 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 6,8 l/100 km / Extra-urbain : 4,8 l/100 km / Mixte : 5,6 l/100 km
Émissions 125 g/km (NEDC corrélé)
En vente 2019
Prix de base 18'900 euros
Prix de la version testée 20'700 euros

Galerie: Essai Suzuki Swift Sport (2019)