Essai Citroën C3 1.6 BlueHDI 100 ch - La formule parfaite ?

C'est sans doute le modèle le plus important pour Citroën de ces dix dernières années. En difficulté depuis bientôt quatre ans, Citroën a bien du mal a se positionner et à réaffirmer ses nouvelles ambitions. L'arrivée du C4 Cactus en 2014 pourrait, selon toute vraisemblance, être la pierre angulaire du renouveau de la marque. Malgré des chiffres de vente assez confidentiels, Citroën a su capitaliser sur ce produit anti-conformiste et a également su en tirer toutes les critiques qui en ont découlé afin de mieux rebondir.

Lire aussi :

Aujourd'hui, nous pouvons affirmer que le renouveau de la marque aux chevrons ne s'inscrit pas par le C4 Cactus mais bien par la Citroën C3. En effet, la majorité des défauts pointés du doigt sur le Cactus ont été corrigés sur la C3 tout en conservant les qualités de son aîné. Résultat ? Une voiture unique en son genre, bien plus lisse que le Cactus, et parfaitement ancrée dans la nouvelle philosophie feel good inculquée par Citroën. Après un essai réalisé du côté de Barcelone concernant le modèle essence de 110 chevaux, place désormais à une seconde prise en main avec le moteur diesel le plus puissant : le 1,6 litres BlueHDI de 100 chevaux.

Essai Citroën C3

Elle attise la sympathie

Difficile de se faire une place au soleil avec deux concurrentes comme les Renault Clio et Peugeot 208. Pourtant, dans ce segment, Citroën a toujours réussi à se faire sa place, en témoigne le succès commercial de l'ancien modèle. Pour autant, sa devancière n'était pas aussi percutante dans son style. Aujourd'hui, même si l'on retrouve toujours les mêmes rondeurs caractéristiques, le look est plus enjoué et les lignes beaucoup plus anguleuses. Citroën prend alors tout le monde à contre-courant à l'époque où l'on prône l'agressivité des autos à grands coups de traits tendus et de finitions sportives en tout genre.

Si le Citroën C4 Cactus jouait à outrance de ses nouveautés, la Citroën C3 fait dans la demi-mesure. Les fameux airbump (non présents sur notre version d'essai "Feel") sont placés bien plus bas et se font plus discrets, les optiques avant et arrière sont plus travaillées et plus conventionnelles, tout en conservant les feux avant à double étage devenus signature de la marque aux chevrons. La personnalisation est aussi l'un des maître-mots de la marque qui propose plusieurs teintes de carrosserie différentes à celles du toit, des coques de rétroviseurs, ou du cerclage des antibrouillards.

Essai Citroën C3
Essai Citroën C3
Essai Citroën C3

Comme dans son salon

Citroën communique énormément concernant l'ambiance et la vie à bord de ses voitures. À l'époque, les Citroën DS, SM ou CX, sous leurs finitions Prestige ou Pallas, donnaient toutes la même impression (en plus de sentir bon le cuir) : se sentir comme dans son salon. Un esprit que Citroën n'a jamais vraiment perdu mais qui s'est atténué avec le temps. Aujourd'hui, cette philosophie revient au goût du jour avec une nouvelle ambiance lounge, très accueillante, caractérisée par de larges sièges très confortables, et une planche de bord très fine et tirée à l'horizontal, surplombée d'un écran tactile de sept pouces.

À bord, l'espace est correct, surtout pour les passagers arrière, les rangements n'ont pas été oubliés avec beaucoup d'espace et une boîte à gants très spacieuse d'une contenance de 6,25 litres complétée de larges bacs de porte. Le coffre de 300 litres est l'un des plus généreux de la catégorie et devance de 15 litres celui de la Peugeot 208. Il fait jeu égal cependant avec celui de la dernière Renault Clio restylée.

Essai Citroën C3
Essai Citroën C3
Essai Citroën C3

Côté matériaux, finition et assemblage, nous ne sommes pas dans ce qu'il se fait de mieux, mais globalement, l'acheteur d'une Citroën C3 recherchera un prix plutôt que des matériaux de qualité supérieure. Pour cela, optez pour la Peugeot 208, elle le fait très bien, mais ce ne sont pas les mêmes tarifs, forcément. En terme de technologies embarquées c'est plutôt correct, notre modèle d'essai n'était pas équipé de la fameuse ConnectedCam, mais embarque une tablette tactile de 7 pouces (en option, facturée 590 € sur notre finition milieu de gamme "Feel") regroupant les commandes de ventilation, la musique, le Mirror Screen ou encore le GPS (option grimpant à 1090 € avec le GPS).

Essai Citroën C3
Essai Citroën C3
Essai Citroën C3
Essai Citroën C3
Essai Citroën C3

Confortable et efficiente

On ne cessera jamais de le répéter durant cet essai, mais cette Citroën C3 est confortable et sûrement par la même occasion la plus confortable de la catégorie. Elle ne dispose d'absolument aucun attrait dynamique, pour cela tournez-vous une nouvelle fois vers la Peugeot 208. Non, la C3 est une voiture feel good, et dans une voiture feel good on ne roule pas de manière dynamique, on ne prend pas les virages à la corde, et on freine encore moins au dernier moment.

Alors forcément la direction est très légère, le freinage manque un poil de mordant, le tarage des suspensions est extrêmement souple, de ce fait, la voiture a tendance à prendre un peu de roulis, et le maintien inexistant des fauteuils n'aide en rien. Concrètement, il faut aimer prendre son temps avec cette C3. C'est une voiture faite pour les adeptes de la conduite coulée, qui s'apprécie si bien en milieu urbain que sur autoroute.

Vous recherchez du dynamisme ? Passez votre chemin, la Citroën C3 n'est pas faite pour ça.

Le petit moteur diesel 1,6 litres développant 100 chevaux et 254 Nm de couple, nous le connaissons déjà bien, celui-ci équipe notamment la Peugeot 208 et la dernière 3008. Avec son caractère plutôt neutre, difficile de lui trouver d'autres qualités que sa souplesse d'utilisation et ses consommations. Nous avons relevé des données mixtes aux alentours de 5,6 l/100 km. Autant dire pratiquement rien, d'autant plus que nous n'avons pas forcément ménagé notre monture. Sur autoroute, Citroën tient plutôt bien ses promesses puisque nous oscillons autour de 4,0 l/100 km. Rien d'étonnant avec ce petit moteur économe et le poids de la voiture qui dépassera difficilement les 1200 kilos, passagers et fluides compris.

Un élément aurait par contre mérité plus d'attention : la boîte de vitesses. Le guidage n'est pas très précis et le verrouillage approximatif sur la boîte mécanique à cinq rapports qui équipe notre modèle. Pourquoi ne pas opter pour l'automatisme donc ? Tout simplement parce que cette option n'est disponible que sur la version essence 1,2 litres PureTech de 110 chevaux. Dommage.

Essai Citroën C3

Conclusion

Difficile de lui trouver un réel défaut à cette Citroën C3 car elle ne cache pas vraiment de vice. Elle répond parfaitement à l'attente des clients et correspond clairement à l'axe de communication pris par Citroën en mettant l'accent sur cet esprit feel good et en faisant la primauté au confort. Alors tout n'est pas parfait, notamment au niveau des matériaux utilisés à l'intérieur, mais à un tarif débutant légèrement sous les 13'000 €, il ne faut pas s'attendre à des miracles non plus.

Lire aussi :

Justement au niveau des tarifications, même si cette troisième génération est moins onéreuse en entrée de gamme que sa devancière, c'est aussi parce qu'elle propose moins d'équipements en série. Elle restera plus compétitive que ses deux concurrentes principales que sont les Renault Clio et Peugeot 208 mais attention, la liste des options est aussi plus fournie. Il faudra tout de même compter aux alentours de 20'000 € pour une C3 bien équipée. Et 20'000 € pour des plastiques pas plus flatteurs que ceux d'une Dacia c'est un peu limite, voyez-vous... Surtout qu'à partir de 13'000 € il y a aussi la Škoda Fabia qui bénéficie de jolies prestations et d'une présentation bien plus flatteuse. Attention à ne pas oublier la concurrence étrangère !

Photos : Yann Lethuillier / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Confort à toute épreuve Boîte de vitesses perfectible
Consommations dans toutes les conditions Plastiques durs omniprésents
Habitabilité en hausse Dotation d'équipements de série
Lire l'essai completVoir moins