Pour 2020, la Citroën C3 s'offre un léger restylage et met encore davantage l'accent sur le confort.

Arrivée sur le marché en 2016, la Citroën C3 III en est désormais à la moitié de sa carrière et s'offre un léger restylage. Léger mais pas trop puisque celui-ci est perceptible pour un œil aguerri. La troisième génération de C3 était très attendue à son lancement il y a quatre ans, notamment par le réseau, qui souffrait d'une gamme vieillissante et de quelques trop rares nouveautés qui peinaient à trouver leur clientèle, à l'image du C4 Cactus.

Depuis, tout va mieux puisque Citroën a retrouvé des couleurs depuis quelques années, notamment grâce à cette fameuse C3 III qui s'est écoulée à 850'000 exemplaires. Néanmoins, depuis son lancement, la C3 a dû conjuguer avec deux arrivées de tailles avec le renouvellement des Peugeot 208 et Renault Clio. Pour la remettre dans la course, Citroën a rafraîchi sa citadine en conservant tout ce qui fait son charme depuis le début : un aspect jovial et des formes arrondies.

Essai Citroën C3 (2020)

Une face avant qui gagne en caractère

C'est essentiellement au niveau de la partie avant que les changements s'opèrent avec un regard clairement inspiré du concept-car CXpérience via des nouveaux projecteurs à LED et un dédoublement du jonc chromé. Déjà largement personnalisable, la Citroën C3 l'est encore plus avec ce restylage grâce à 97 combinaisons disponibles, deux nouveaux coloris (Spring Blue et Rouge Elixir) et des jantes inédites. À l'arrière, ne cherchez pas de différence parce que vous n'en trouverez pas avec le précédent modèle.

Essai Citroën C3 (2020)
Essai Citroën C3 (2020)

Menus changements également à l'intérieur

À l'intérieur, les différences sont quasiment imperceptibles avec l'arrivée simplement d'un effet brillant sur l'écran tactile et les fameux sièges "Advanced Confort" que l'on retrouve notamment sur le Citroën C5 Aircross. Ces sièges, disponibles en option moyennant une petite rallonge de 300 euros, permettent de rendre l'expérience de conduite à bord de la C3 encore meilleure en accentuant le confort d'une voiture qui l'est déjà de base. Un petit accoudoir est également installé et s'avère très pratique pour les longs trajets. Dommage que le passager en soit privé.

Nous avons toujours le sentiment d'avoir beaucoup d'espace à bord, et c'est le cas, avec de nombreux rangements. La présentation est correcte, sans plus, la planche de bord est recouverte de plastique dur pas très flatteur mais rien de vraiment rédhibitoire compte tenu du fait que les assemblages sont corrects. L'écran tactile central ne brille pas par l'ergonomie de ses menus ni par son graphisme. Disons qu'il fait le job, sans plus. De notre côté, nous avons préféré directement brancher notre téléphone via Apple CarPlay ou Android Auto pour profiter d'une navigation plus ergonomique.

Essai Citroën C3 (2020)
Essai Citroën C3 (2020)

Toujours pas d'électrification au programme

Pour notre essai, nous avions le droit à une seule motorisation, à savoir le trois cylindres 1,2 litre PureTech de 110 chevaux et 205 Nm indexé à la boîte automatique EAT à six rapports (la boîte manuelle est aussi disponible). Si vous souhaitez alléger la facture, ce même moteur est aussi disponible, mais en 83 chevaux avec la boîte manuelle. Un seul diesel est disponible au catalogue, à savoir le quatre cylindres 1,5 litre BlueHDI de 100 chevaux.

Et quid de l'électrique ou de l'hybride pour cette C3 ? Si la Peugeot 208 bénéficie d'une version 100 % électrique et la Renault Clio d'une hybride, la C3 repose sur l'ancienne plateforme des compactes du groupe PSA et non pas sur la nouvelle CMP qui peut permettre l'électrification. De ce fait, il n'y aura pas de C3 électrifiée avant la quatrième génération, c'est-à-dire vers 2022 voire même 2023. Une éternité tout en sachant les volumes que représentent la C3 pour Citroën et les objectifs en matière de CO2 à remplir.

Les clients auront donc le choix entre plusieurs motorisations thermiques du coup, dont ce très bon petit moteur de 110 chevaux qui offre un agrément plus que convaincant à cette C3. Ses petits défauts ? Être un peu trop bruyant haut dans les tours et aussi être un peu gourmand, notamment en milieu urbain où nous avons relevé plus de 7,2 l/100 kilomètres. Sur notre parcours mixte oscillant entre milieu urbain et route de campagne, nous avons relevé une consommation de l'ordre de 6,4 l/100 kilomètres.

Essai Citroën C3 (2020)

Encore plus confortable qu'auparavant ?

En matière de comportement routier, la Citroën C3 enterre littéralement la concurrence en matière de confort. La voiture fait preuve d'une souplesse et d'une douceur absolument inégalable sur son segment, tout en n'étant pas ridicule en matière de dynamisme. Effectivement, une Peugeot 208 ou une Ford Fiesta sera plus enthousiasmante à conduire à rythme élevé, mais l'expérience en matière de confort à bord de la C3 est clairement au-dessus du lot. Les sièges "Advanced Confort" offrent un moelleux supplémentaire grâce à une mousse plus épaisse et donne cette impression de s'installer dans son propre canapé.

Une seule chose vient ternir le tableau de la C3 sur la route, ce sont les vibrations, inhérentes au petit moteur trois cylindres, mais la concurrence fait mieux à ce niveau. Quelques aides à la conduite ont été ajoutées à celles déjà présentes à son lancement, notamment un radar avant pour faciliter les manœuvres de stationnement. Nous retrouvons toujours l'aide au maintien dans la voie, l'avertisseur d'angles morts ou encore le freinage automatique d'urgence.

Essai Citroën C3 (2020)

À quel prix ?

Concernant les tarifs, restylage oblige, nous avons observé une légère inflation. Il faudra débourser au minimum 15'200 euros pour cette C3 et jusqu'à 22'900 euros pour la version la plus haut de gamme. Notre modèle d'essai, avec le moteur essence le plus puissant, la boîte automatique, quelques options et la finition "Shine" qui comprend, notamment, l'écran tactile de sept pouces, le GPS, les radars de recul, les jantes de 16 pouces ou encore le toit bi-ton, il faut compter un peu plus de 22'000 euros. D'une manière générale, c'est cette finition qui plaît le plus aux clients puisque Citroën annonce vendre 38 % de ses C3 en version "Shine".

La Citroën C3 se bonifie avec l'âge et enfonce le clou en matière de confort. Heureusement parce que la concurrence s'est largement renforcée ces derniers temps, notamment avec les nouvelles générations de 208 et de Clio, mais aussi la nouvelle Toyota Yaris qui marque des points avec sa motorisation hybride, parfaitement dans l'air du temps. Sans oublier Dacia qui arrive très bientôt avec sa nouvelle Sandero et qui aura aussi des arguments à faire valoir, notamment en matière de rapport qualité/prix.

 
Points positifs Points négatifs
Confort toujours au rendez-vous Peu de nouveautés
Agrément du moteur essence de 110 chevaux Quelques vibrations du moteur à basse vitesse
Nombreuses possibilités de personnalisation Pas de versions électrifiées

Galerie: Essai Citroën C3 (2020)

Citroën C3

Motorisation Essence PureTech, 3 cylindres en ligne, 1199 cm³, turbo
Puissance 110 chevaux (à 5500 tr/min)
Couple maximum 205 Nm (à 1750 tr/min)
Transmission Boîte automatique à six rapports - EAT6
Type de transmission Traction
0-100 km/h 10 secondes
Vitesse maximum 191 km/h
Longueur 4,00 mètres
Largeur 1,75 mètre
Hauteur 1,47 mètre
Poids 1090 kg (à vide)
Volume de coffre 300 à 922 litres
Places 5
Economie de carburant Consommation moyenne : 5,9 l/100 km
Émissions 133 g/km de CO2
En vente 2020
Prix de base 15'200 €
Prix de la version testée 22'750 €