Essai Range Rover Velar (2017) - Quand SUV rime avec top-model

Vous avez aimé l’Evoque et le Discovery Sport ? Alors vous allez adorer le nouveau Velar ! Quatrième modèle à venir étoffer la gamme Range Rover (branche premium du constructeur Land Rover), celui-ci vient combler le vide qui subsistait entre le (petit) Evoque et l’imposant Range Rover Sport. Il tire son nom de l’ADN même de la marque, Velar ayant été utilisé pour désigner le prototype de ce qui allait devenir le tout premier Range Rover de l’histoire, il y a tout juste 47 ans.

En ressuscitant le Velar, les designers britanniques ont souhaité reprendre ce qui a fait le succès de son aïeul : des lignes pures, des proportions parfaitement équilibrées et une silhouette minimaliste qui semble avoir été taillée pour fendre de l’air. Un bel hommage qui permet à Land Rover de venir chasser sur les terres des Porsche Cayman et autres Audi Q5.

Range Rover Velar (2017) - Test Drive

Une silhouette captivante

Pour se distinguer de la concurrence, les designers ont opté pour des formes viriles et imposantes, doublées d’un long capot, de poignées de portes "invisibles" et de phares effilés full LED qui délivrent une signature visuelle particulièrement percutante. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mayonnaise a parfaitement pris. En effet, nul n’est indifférent aux galbes du SUV britannique, surtout lorsqu’il est chaussé d’impressionnantes jantes de 22 pouces. Une silhouette spectaculaire qui a tendance à momifier bon nombre de rivales. C’est bien joué et ça séduira à coup sûr celles et ceux qui peuplent les banlie...