Essai Lexus LC 500 - Paradoxe assumé

En 2012, à l'occasion du Salon de Détroit, Lexus a dévoilé le concept-car LF-LC. À l'image de pratiquement toutes les études de style de ce genre, la voiture est spectaculaire et annonce l'arrivée d'un futur modèle nettement moins spectaculaire. Néanmoins, depuis quelques années, Lexus s'est fait une spécialité : dévoiler des modèles de série proches des concept-cars. La nouvelle Lexus LC en est peut-être la quintessence avec des lignes très proches du concept dévoilé cinq ans plus tôt aux États-Unis.

Lexus, c'est aussi une marque paradoxale mais dans le bon sens du terme. Constructeur étroitement lié à Toyota, leader sur le marché de l'hybridation, Lexus profite d'une gamme de véhicules hybrides pléthorique avec, en tête de liste, une petite famille de SUV qui constitue l'essentiel des ventes de la marque, notamment en Europe. Mais à côté de ces motorisations dites plus respectueuses de l'environnement, il existe une gamme dédiée à la performance. Point de motorisation hybride de ce côté, puisque c'est un V8 5,0 litres atmosphérique de 477 chevaux qui coiffe la gamme. Un moteur hors du temps, totalement à l'encontre des nouvelles nomenclatures, et ça tombe bien puisque c'est celui-ci que nous essayons aujourd'hui.

Lexus LC 500 2018

Et la lumière fût ?

"Toutes les voitures se ressemblent". Voici un adage que l'on a tendance à entendre de plus en plus dans les allées des salons automobiles, sauf quand on passe devant le stand de chez Lexus. Le style, on l'aime ou on ne l'aime pas, mais force e...