Essai Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport - La meilleure GTI actuelle ?

Après une Peugeot 208 GTi "classique" plutôt terne et avare en sensations, Peugeot se devait de proposer rapidement une nouvelle alternative avant que cette série ne suive les pas des Peugeot 206 et 207 RC rapidement tombées dans l'oubli. Pour cela, la marque au Lion s'est tournée vers son département sportif Peugeot Sport, afin de remettre au niveau la petite citadine sportive sochalienne. Résultat ? Un comportement radicalement opposé par rapport à sa devancière, et, pour la première fois depuis quelques années, l'occasion de faire le parallèle entre cette nouvelle Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport et la mythique 205 GTI.

À lire : Essai - Peugeot 208 1.6 BlueHDi 120 : citadine sobre et polyvalente

Pour rappel, la 208 GTi by Peugeot Sport descend de la 208 GTi 30th, une livrée hommage justement aux trente ans de la 205 GTI. Série spéciale numérotée, et non "limitée" comme on aime l'appeler communément, elle fut produite à environ 800 exemplaires. Peugeot a par la suite rebaptisé la 30th par "by Peugeot Sport" à l'occasion du restylage de la 208 intervenu au premier semestre 2015. Cette dernière fait aujourd'hui office de référence dans la catégorie des citadines survitaminées et n'hésite pas à aller titiller des voitures plus fournies en équidés comme l'Audi S1 ou la Mini John Cooper Works.

Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport

Une esthétique toute en subtilité

Esthétiquement, la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport fait dans la discrétion. Même si un œil avisé remarquera au premier abord les différences avec une 208 de base, l'ensemble demeure plutôt discret hormis quelques appendices trahissant rapidement son identité. En effet, en plus de ses jantes noires mates caractéristiques de 18 pouces baptisées "Lithium", on retrouve des extensions de bas de caisse noires, des entourages de roues de la même couleur ou encore le jonc de la calandre assombri.

Globalement, la 208 GTi vire au foncé par rapport à ses consoeurs conventionnelles, et elle se voit également affublée de quelques éléments caractéristiques à forte connotation sportive. La double sortie d'échappement par exemple lui confère une prestance supplémentaire, d'autant plus que le son qui en émane est particulièrement bien travaillé et offre une sonorité très rauque d'extérieur et plutôt discrète dans l'habitacle.

Sans faire dans l'extravagance, la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport est plutôt discrète et mise tout sur son caractère moteur

Peugeot offre un choix de coloris plutôt original avec la possibilité d'opter pour la désormais célèbre "Coupe Franche", une peinture bi-ton avec un noir mat texturé qui vient recouvrir la partie avant et une teinte rouge vif pour la partie arrière. Cette couleur a déjà fait succomber plus de 25% des clients, mais ne plait pas forcément à tous. De ce fait, Peugeot propose une palette de couleurs plus classique mais en y ajoutant quelques excentricités tout de même. Notre voiture d'essai par exemple est parée d'une teinte "Orange Power" qui lui sied à merveille, tandis qu'au catalogue, vous pourrez choisir entre une peinture texturée Ice Silver du plus bel effet, ou encore un Rouge Rubi qui évoque clairement les capacités athlétiques de la voiture.

Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport

À l'intérieur, l'essentiel y est 

À l'intérieur, les changements sont encore plus subtiles, hormis au niveau des sièges baquets offrant un excellent maintien. Ceux-ci sont issus de la Peugeot 207 RC, il mélangent l'Alcantara, le TEP noir et la maille noire ponctuée de rouge pour un résultat esthétique et efficace. Le maintien latéral est excellent, l'assise et le dossier sont fermes, en bref, nous tenons peut-être les meilleurs sièges de la catégorie.

Au niveau de la console centrale, l'ensemble est plutôt discret avec quelques points de rouge venant se mêler aux éléments noirs laqués. Le volant d'un tout petit diamètre issu du Peugeot i-Cockpit est un régal pour la conduite dynamique, on notera simplement une assise un peu trop haute pour ce type de voiture à vocation sportive.

Globalement l'ensemble est plutôt convainquant avec des matériaux de qualité intermédiaire qui se mêlent à d'autres un peu plus cossus. L'assemblage alterne là aussi le bon et le moins bon mais qu'importe, l'essentiel y est, c'est véritablement sous le capot que tout se joue.

Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport

Sans foi ni loi

Toujours motorisée par le quatre-cylindres essence 1.6 litres THP (Turbo High Pressure) d'origine BMW, ce bloc n'a pas toujours été source de fiabilité à ses débuts. Surconsommation d'huile, problème de distribution... Bref, une carrière en demi-teinte et même si aujourd'hui BMW a totalement abandonné ce type de moteur, il sévit toujours chez PSA. Heureusement, avec le temps, le moteur s'est fiabilisé, même s'il faut toujours se cantonner à un mode d'utilisation strict si l'on souhaite éviter les soucis. En effet, il s'agit d'un moteur fait pour être cravaché, entendez donc par là qu'il ne faut pas hésiter à monter haut dans les tours pour l'exploiter pleinement, et surtout garantir sa durée de vie. Une utilisation quotidienne en ville ne lui est clairement pas adaptée même si la voiture a vocation à aussi être polyvalente paradoxalement.

Dans tous les cas, cela reste un très bon moteur pour ce type de voiture qui se veut sportive mais aussi polyvalente quand il le faut. Grâce à sa petite cylindrée et l'adjonction d'un turbo, les consommations sont vraiment correctes avec une consommation mixte relevée de 9,3 l/100 km durant nos 800 kilomètres d'essai, et clairement sans jamais vraiment la ménager quand nous en avions l'opportunité.

En ville, la voiture peut paraître des plus conventionnelles à conduire. Même si les commandes sont forcément plus fermes que sur une 208 classique, elle s'avère très à l'aise en milieu urbain. Seul défaut majeur -mais logique à nos yeux- c'est sa fermeté. Le tarage des suspensions spécifique à une utilisation sportive donne donc une voiture très ferme et au confort parfois même spartiate sur les pavés parisiens ou bien à l'approche d'un dos d'âne. À contrario, la Peugeot 308 GTi arrive quant à elle, à parfaitement conjuguer confort et sportivité.

Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport
Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport
Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport

Une fois loin de la ville, nous pouvons enfin apprécier les qualités dynamiques de notre monture d'un week-end. Le moteur, décrié un peu plus haut, s'avère en revanche excellent quand il s'agit d'hausser le rythme. Toujours volontaire, il enroule jusqu'à quasiment 6.500 tr/min, jusqu'à atteindre le rupteur, mais même atteint, on a l'impression qu'il en demande encore !

Le train avant étayé d'un autobloquant Torsen est absolument rivé au sol, impossible de le prendre en défaut et on se surprend même parfois à se battre avec le volant à cause de lui. La direction justement manque un peu de consistance, on aurait aimé quelque chose de plus incisif également, la 308 GTi souffre du même problème, et pour le coup, elle aurait du s'inspirer de la RCZ R à ce niveau. Le train arrière, mobile quand il le faut, assure un plaisir de conduite quasi jouissif dans chaque lacet, la motricité n'est jamais prise en défaut et corrige même parfois nos quelques excès de confiance.

Côté boîte de vitesses nous sommes en compagnie d'une boîte mécanique à six rapports, les verrouillages sont bons mais le guidage un peu aléatoire parfois et les débattements un poil trop longs à mon goût. Derrière les jantes de 18 pouces nous retrouvons des étriers Brembo à quatre pistons qui ne sont pas là pour faire joli, mais bien pour pincer avec puissance et endurance. L'attaque à la pédale par contre est assez moyenne et manque de progressivité au premier abord.

Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport

Conclusion

À partir de 29'300€, et même si le catalogue d'options est peu fourni en raison d'une voiture qui est bien équipée de base, l’addition est plutôt salée. En effet, même si nous obtenons un véhicule radicalement différent par rapport à la 208 GTi classique (qui d'ailleurs est passée de 200 à 208 chevaux récemment) grâce à l'adjonction d'un Torsen et de différents réglages spécifiques, c'est tout de même 3400€ de plus sur la facture finale.

En revanche, 30 ans et des poussières après la 205 GTi, Peugeot a repris son trône, fermement, et impose clairement sa 208 comme étant la nouvelle reine de la catégorie. Même si, comme énoncé plus haut, la voiture est plutôt onéreuse, la série limitée 30th Anniversary a démontré qu'il y avait des clients pour ce type de produit clairement de qualité et résolument sportif. Longue vie à la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport.

 

 

Points positifs Points négatifs
Comportement dynamique Assise vraiment ferme
Moteur volontaire Débattements de boîte de vitesse
Train avant rivé au sol Direction un peu trop légère
Lire l'essai completVoir moins