Essai Renault Clio R.S. Trophy – Celle qu’il ne faut pas sous-estimer

Renault Sport, le département sportif du constructeur au losange commercialise quatre véhicules. La Renault Mégane 4 R.S. fraîchement présentée au salon automobile de Francfort, la Renault Twingo GT, la Sandero R.S. 2.0 (dans certains pays) ainsi que la Renault Clio 4 R.S.  

C’est cette dernière que nous avons essayée durant plusieurs jours et sur plusieurs centaines de kilomètres. La Renault Clio R.S. est proposée avec trois types de châssis : Sport, Cup et Trophy.

Concernant notre modèle d’essai, il s’agit de la Renault Clio R.S. Trophy, habillée de la couleur jaune Sirius (facturé à 1600 euros) et chaussée de série, de jantes noires de 18 pouces.

Renaul Clio 4 R.S Trophy
Renaul Clio 4 R.S Trophy

LA CONDUITE

La Renault Clio R.S. Trophy est animée par le moteur 1,6 litre TCe qui développe 220 ch et jusqu’à 280 Nm de couple. Cette puissance est suffisante pour tracter la sportive de 0 à 100 km/h en seulement 6,6 secondes.

Au volant de la Renault Sport, on doit vous avouer que ce fut une bien belle surprise. La voiture est plus sportive que ce que l’on aurait imaginé. Les accélérations sont franches, grâce au moteur quatre-cylindres qui ne manque pas de souffle. D’ailleurs, le compte-tours grimpe à plus de 6500 tr/min avant de passer au rapport suivant : la Française peut remercier son turbo !

La pédale d’accélération est très sensible, surtout lorsque l’on engage le mode Sport via le R.S. Drive. Ce mode modifie les paramètres concernant la dureté de la direction, la réponse de la boîte double embrayage EDC, la réactivité de la pédale d’accélération ainsi que la mélodie de la ligne d’échappement.  

Renaul Clio 4 R.S Trophy

À la moindre sollicitation de l’accélérateur, la voiture répond présent ainsi que l’échappement Akrapovič, qui ne manque pas de crapahuter au passage des rapports : que c’est jouissif !

La boîte EDC parvient remarquablement bien à transférer toute la puissance aux roues avant. Pour les plus accros à la boîte de vitesses manuelle, sachez qu’il est possible de passer les rapports via les palettes au volant. Pour cela, il suffit simplement de pousser le levier de vitesse sur le côté gauche. Malheureusement, les palettes au volant sont fixes. Il faut donc un petit temps d’adaptation afin de pouvoir passer les vitesses dans un virage.

Bizarrement, même en activant le mode manuel, la boîte EDC prend parfois le dessus et passe elle-même la vitesse. Nous avons relevé ce point lorsque nous sommes montés à plusieurs reprises jusqu’au rupteur. Cela est bien dommage… heureusement que le mode Race (qui désactive toutes les assistances électroniques) supprime toute intervention fortuite de la boîte de vitesses.

Le comportement de la Renault Clio R.S. Trophy est sain. Le train avant est très incisif et permet d’enrouler les courbes sans la moindre sueur froide. Ceci dit, il faut bien jauger la pression exercée sur l’accélérateur. En cas d’accélération trop prématurée, nous avons relevé quelques remontées de couple au niveau volant. Le couple vient assez tôt, dès 2000 tr/min, ce qui entraîne par moment une perte de motricité. De plus, le train arrière est mobile, bien que la Renault Clio R.S. Trophy ne soit pas une propulsion. Il faut rappeler qu’elle ne dispose pas de différentiel à glissement limité, mais un différentiel électronique, R.S. Diff, qui régule les vitesses de rotation des roues avant. Il est donc possible de "chasser de l’arrière", à condition de maîtriser parfaitement cet exercice.

Renaul Clio 4 R.S Trophy
Renaul Clio 4 R.S Trophy

Renault Sport est réputé pour son châssis et ses trains roulants, et cette Clio R.S. Trophy ne gâche vraiment pas cette réputation. La voiture est très bien posée au sol et vire presque à plat. Les suspensions sont très fermes, c’est d’ailleurs la première chose qui nous a frappées en prenant le volant de cette Clio R.S. Trophy. Elle est plus radicale qu’une Clio R.S. Sport ou Cup, et c’est votre colonne vertébrale qui pourra en témoigner.

Sans forcer le trait, on peut vous dire que cette petite sportive nous a collé le sourire au visage. La Renault Clio R.S. Trophy est étonnante et c’est peut-être le compagnon idéal pour vos escapades de week-end.

Oui, nous avons bien pris le soin de marquer "en week-end", car ce n’est pas tellement une voiture que l’on peut utiliser quotidiennement. Elle n’est pas vraiment confortable et les jantes de 18 pouces ainsi que la couleur jaune Sirius réclament la plus haute vigilance. Enfin, la Renault Clio R.S. Trophy est très gourmande en carburant. Comptez un bon 11 voire 12 litres aux 100 km (13,5 l/100 km durant l’essai). Le passage à la pompe est donc très fréquent, d'autant plus qu'elle dispose d'un réservoir de citadine, dont le volume est de 45 litres.

PRESQUE COMME UNE VOITURE DE RALLYE

Renaul Clio 4 R.S Trophy

La fermeté du châssis et le tempérament de la Renault Clio R.S. Trophy rappellent un peu (toute proportion gardée) une voiture de Rallye. Nous avons alors embarqué à bord de la Renault Clio R3T sur les routes du Var. Aux commandes, Manu Guigou, pilote de rallye et champion de la catégorie des tractions à l’arrivée du Rallye du Var.

La Renault Clio R3T a été développée à partir de la Renault Clio R.S. Trophy. Les versions de série et de course ont le même moteur. Ce bloc est un peu plus puissant sous le capot de la R3T, il développe 242 ch ! La voiture de rallye est aussi un plus légère, 1080 kg contre 1204 kg pour la Clio R.S. Trophy.

Renaul Clio 4 R.S Trophy
Renaul Clio 4 R.S Trophy

Les deux voitures partagent les mêmes technologies. D’ailleurs, les ingénieurs de Renault Sport n’hésitent pas à déployer dans les voitures de série, des technologies développées à partir du sport automobile. On peut par exemple citer les butées hydrauliques de compression (que l’on retrouve sur la Clio R.S. Trophy et la R3T) qui suppriment les effets de rebonds.

Il n’est donc pas anodin que le comportement de la Clio R.S. Trophy soit si sportif (pour sa catégorie). C’est une voiture de technicien, amplement suffisante pour une conduite typée sport.

LE DESIGN

La Renault Clio R.S. Trophy est, à quelque chose près, exactement la même qu’une Clio R.S. Sport. Son design plaît à la rétine et son gabarit est plutôt imposant. Elle est plus longue (4,06 m) qu’une Peugeot 208 GTi (3,96 m) et qu'une Ford Fiesta ST (3,97 m). Son style est assez expressif, on retrouve par exemple des boucliers avant et arrière bien spécifiques qui adoptent une lame F1, des antibrouillards à damier, un extracteur d’air ainsi que des canules d’échappement signés Akrapovič. Un peu plus haut, sur la malle arrière, on retrouve un béquet Sport qui sied parfaitement à la ligne de la voiture.

Renaul Clio 4 R.S Trophy
Renaul Clio 4 R.S Trophy

La Française est d’autant plus séduisante avec ce jaune Sirius, qui se marie impeccablement bien aux jantes noires de 18 pouces et à ces étriers de freins rouges.

La Clio R.S. Trophy est très bien galbée et sa silhouette a beaucoup de charme. D’autant plus que la voiture a été rabaissée, ce qui lui confère un style encore plus méchant. Dans le flux de circulation, on ne pas dire que la Renault Clio R.S. Trophy sort définitivement du lot. C’est une voiture qui sait se montrer discrète, sauf si vous opter pour une couleur pimpante (comme pour notre modèle d'essai). Dans ce cas, vous serez sûrs de conduire une voiture peu ordinaire, alors que le parc automobile français est colonisé par les voitures blanches, grises et noires.

L'HABITACLE

L’intérieur de la voiture est peut-être l’un des points les plus en retrait. La Renault Clio R.S Trophy n’a malheureusement rien de "Trophy" i.e. rien de radical. C’est un intérieur banal auquel les designers ont greffé quelques inserts rouges comme sur le volant, au niveau des surpiqûres de sièges ainsi que sur les ceintures de sécurité.

Globalement, l’intérieur reste celui d’une Renault Clio de Monsieur et Madame tout le monde. Le plastique est roi, mais cela n’empêche pas que la qualité de finition ne souffre d’aucune critique. Ceci dit, le volant de la Clio R.S. Trophy est en cuir, de même pour les sièges.

Renaul Clio 4 R.S Trophy

Concernant les sièges, ils offrent un bon maintien latéral, nous n’avons pas du tout été secoués au cours de notre essai. Bien que la sellerie soit confortable, la dureté du châssis prend le dessus et la moindre déformation sur la route se fait ressentir.

Malheureusement, cet habitacle est mal insonorisé. Lorsque la vitesse dépasse les 100 km/h, les bruits d’air et des roulements des pneus sont très présents dans l’habitacle. Elle n’est pas donc pas tellement adaptée aux longs trajets, mais après tout, n’oublions pas que ce n’est pas sa vocation.  

L’instrumentation ainsi que les différentes commandes sont un peu dépassées. On retrouve par exemple, liée au volant, la même commande radio que les anciennes Renault. L’interface de l’écran centrale est également un peu vieillotte, bien que la navigation soit très fluide et agréable.

EN CONCLUSION

La Renault Clio R.S. Trophy est une voiture que l'on doit prendre très au sérieux. Il s'agit du modèle le plus "trophy" de la gamme Renault Clio, et qui redouble d'arguments pour plier les concurrentes. Le châssis de la Renault Clio R.S. Trophy est sans doute l'un de ses points forts. L'agrément de conduite est excellent, bien que l'on regrette l'absence d'autobloquant. La Renault Clio R.S. Trophy offre des performances assez remarquables, que la boîte EDC parvient à gérer sans le moindre mal. 

Avec de tels ingrédients, la Renault Clio R.S. Trophy est très redoutable sur routes sinueuses. On prend un malin plaisir à enrouler les courbes, au chant de la ligne Akrapovič. Nous pensons que la Renault Clio R.S. Trophy peut encore mieux faire (en devenant encore plus radicale). Pour s'en convaincre, il suffit d'analyser les prestations en rallye de la R3T. La Renault Clio R.S. Trophy est bel et bien la petite sœur de la Renault Mégane R.S. C'est une sacrée concurrente aux sportives du moment telles que la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport, la nouvelle Polo GTI ou encore, la Ford Fiesta ST.

Lire aussi:

On aime  On n'aime pas
Son look Sa consommation en carburant assez élevée
Son caractère de sportif Son habitacle et l'insonorisation
Sa ligne d'échappement Ses palettes fixes 
 

 

 

Lire l'essai completVoir moins