Essai Kia Picanto (2017) - La nouvelle reine des citadines ?

La Picanto, c’est la petite citadine de la gamme Kia. Et comme la Rio avant elle, elle droit cette année à un remaniement de fond avec l’apparition d’une nouvelle et troisième génération. Déjà. Et oui, cette concurrente directe de la Renault Twingo est arrivée discrètement sur nos routes en 2004. Mais à la faveur d’une seconde génération apparue en 2011, elle a réussi à se faire une place sur le segment convoité des citadines. Une place que le constructeur coréen souhaite asseoir encore un peu plus avec cette nouvelle Picanto.

Proche esthétiquement de sa devancière, elle promet de faire un bond en avant. Tout en conservant ce qui fait le succès de ces voitures : une voiture au dimensions réduites, pratiques pour une utilisation quotidienne… et qui séduise les femmes qui pèsent pour 70 % des clientes en France sur ce segment A. La nouvelle Picanto remplit-elle tous ces critères ? Quels sont ses atouts pour se démarquer de la concurrence ?

Essai Kia Picanto 2017

Une personnalité à part 

De prime abord, la nouvelle Kia Picanto se montre plus agressive que la génération précédente. Quitte à perdre un peu de sa bonhommie. Mais à gagner en personnalité ! Très proche de sa grande soeur Rio, on retrouve évidemment la calandre en "nez de tigre", propre aux modèles de la marque, des feux avant qui remontent le long du capot avec une signature lumineuse à LED qui n’est pas sans rappeler celle des dernières Smart ou encore un bouclier avec entrée d’air béante. De profil, les passages de roues marqués donnent de la musculature, tandis que l’arrière s’offre lui aussi de nouveaux feux à LED.

Essai Kia Picanto 2017
Essai Kia Picanto 2017

Aussi longue que sa devancière, 3,60 mètres, la Picanto 3, avec sa nouvelle plateforme, modifie quand même ses dimensions. En effet, avec des porte-à-faux plus courts à l’avant et à l’arrière, son empattement s’allonge, ce qui profite à l’espace intérieur. Les quatre roues posées aux quatre coins permettent elles de mieux asseoir la voiture.

Zoom sur la finition de notre modèle d’essai, la GT Line. Si le mix de finitions devrait être favorable aux versions Active et Launch Edition, la GT Line trône en haut de la pyramide. Kia vise quand même 25 % de ventes grâce à son apparence sportive. Des boucliers et calandre spécifiques aux jantes de 16 pouces, en passant par la double sortie d’échappement chromée et les touches de couleur un peu partout sur la carrosserie (rouge sur carrosserie blanche, grise sur carrosserie rouge), la Picanto GT Line ne passe pas inaperçue, et accroche même les regards. Ne nous y trompons pas, c’est le plumage, bien plus que le ramage.

Essai Kia Picanto 2017

Une petite qui a du coffre...

Cette finition GT Line n’épargne pas l’intérieur de la Picanto, avec sellerie (de synthèse) cuir avec parties rouges, pédalier aluminium, des inserts laqués en noir et en rouge pour habiller à la fois la planche de bord et les contreforts de portes. Sans oublier des surpiqûres rouges sur le volant, le soufflet de levier de boîte de vitesses ou encore l’accoudoir central (un accoudoir avec rangement, une première sur le segment !), pour parfaire cette ambiance sportive.

Essai Kia Picanto 2017
Essai Kia Picanto 2017
Essai Kia Picanto 2017

Mais cette nouvelle Picanto a bien d’autres arguments pour se démarquer de la concurrence. À commencer par cet écran tactile de 7 pouces sur le haut de la planche de bord, un vrai, pas juste un emplacement pour smartphone comme sur les Renault Twingo ou VW Up! par exemple. De série sur notre finition GT Line, elle est quand même en option sur la finition Active. La recharge du smartphone par induction est également de la partie. Et puis Kia a pensé à ces dames en leur réservant un miroir de courtoisie avec deux lumières !

L’espace intérieur est aussi en nette évolution et marque lui aussi un point face à la concurrence. En plus d’un espace aux jambes à l’arrière plus que convenable pour des adultes, il y a une place centrale. Petite certes, pour dépanner, mais qui a le mérite d’exister. Ce qui n’est pas le cas chez les concurrentes, toutes en 4 places, et non cinq. Une impression d’espace qui s’accentue au moment d’ouvrir les fenêtres à l’arrière : ce sont de vraies vitres qui se baissent ! C’est sans doute bête à dire, mais c’est presque une première dans la catégorie, les Twingo, Aygo et autres C1 ne proposant que des vitres qui s’entrebâillent ! Quant au coffre, en prenant 55 litres par rapport à la génération précédente, à 255 litres, il est tout simplement le plus grand de la catégorie (219 litres pour la Twingo, 196 litres sur la Citroën C1). Et une fois la banquette 60:40 rabattue, la Picanto grimpe à 1010 litres !

Essai Kia Picanto 2017

 ... mais manque de souffle

L’heure est venue de prendre le volant de cette Kia Picanto, et de voir avec quoi elle compte affronter les centres urbains. Et malgré ses accents sportifs, notre version d’essai était équipée du  plus petit bloc, le 1.0 litre de 67 chevaux, en boîte manuelle 5 rapports. Un trois cylindres essence d’entrée de gamme, repris d’ailleurs de la génération précédente, qui trouve toute sa place en ville. Sans être franchement vif, mais bien guidé par la boîte de vitesse, il permet de s’insérer facilement dans la circulation. La sonorité, pas désagréable pour un 3 cylindres, vient faire oublier quelques vibrations à l’arrêt. La suspension en version GT Line est quant à elle franchement sèche. Dommage. En appréciera en revanche sa facilité dans les manœuvres avec sa direction légère et son angle de braquage réduit.

Essai Kia Picanto 2017
Essai Kia Picanto 2017

Dès qu’il s’agit de sortir un peu de la ville pour aller sur route en revanche, la Kia Picanto et son bloc de 67 ch n’est plus du tout à son aise. Ce qu’on comprend mieux à la lecture de la fiche technique : 96 Nm de couple à 3500 tr/min. En la poussant on s’en sort évidemment, même si certaines côtes paraissent interminables. Ce qui laisse la place au second bloc disponible sur cette Picanto, le 4 cylindres 1.2 litres de 84 ch, avec ses 122 Nm de couple. Avec moins de tremblements à l’arrêt, il se montre même carrément plus volontaire dès qu’il s’agit de s’écarter des zones urbaines. Où il se montre aussi très à l’aise par ailleurs. À noter quand même que quelle que soit la motorisation, la petite Picanto, grâce à sa nouvelle plateforme et ses quatre roues aux quatre coins de la voiture, se montre agréable à rouler, et se montre très saine dans son comportement en virage.

Dernier petit point à aborder sur cette nouvelle Kia Picanto, ce sont ses équipements de sécurité. En effet, de série dès le premier niveau de finition Motion, la citadine coréenne propose les airbags frontaux, latéraux et rideaux, mais également l’assistance au démarrage en côte, le contrôle de stabilité en courbe et en ligne droite… et le freinage d’urgence autonome sera aussi prochainement de la partie. Elle est en avance sur la concurrence !

Essai Kia Picanto 2017

Conclusion

L’heure est venue de faire les comptes. Et il faut bien avouer que cette nouvelle Kia Picanto a su nous séduire, bien au-delà de son physique qui assume une agressivité bienvenue sur un segment parfois un peu conservateur. Comme souvent chez Kia, l’équipement proposé est au top, et surpasse la concurrence. Et si le 3 cylindres 1.0 manque un peu de souffle, il suffit largement lors de trajets quotidiens en ville.

Reste maintenant à évoquer le tarif : proposée à partir de 10’900 euros, elle est dans les tarifs proposés par la concurrence. Mais elle se montre très rapidement plus avantageuse que les reines de la catégorie. Le coeur de gamme par exemple, la Picanto 1.0 67 ch en finition Active est affichée à 12’400 €, 200 € moins chère qu’une Twingo, 400 € de moins qu’une Aygo, et pourtant beaucoup mieux équipée. Plus intéressante encore, la version Launch Edition, une "édition de lancement" qui en réalité n'a pas de date limite et qui devrait représenter 40 % des ventes du modèle. Son atout ? Un tarif qui débute à 13'400 €, soit 1000 € de plus que l'Active, mais avec un suréquipement estimé à 1800 € comprenant par exemple les jantes alliage de 15 pouces, les rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants, l'écran tactile de 7 pouces, la caméra de recul, le système mains-libres Bluetooth et plus encore. Sans oublier que Kia propose toujours la garantie de 7 ans sur ses modèles ! Sans aucun doute, cette nouvelle Kia Picanto de troisième génération risque de faire très mal aux concurrentes !

Photos : Mael Pilven / Motor1.com

 

 

 

Points positifs Points négatifs

Équipement                         

Moteur un peu faible
Maniabilité Vibrations du petit 3 cylindres
Coffre habitable  

 

Lire l'essai completVoir moins