Entre le monospace, le SUV, la limousine, et le Faucon Millenium !

Si vous voulez passer inaperçu, passez votre chemin. Le Tesla Model X est sans doute le modèle qui cristallise le plus le regard des passants actuellement dans les rues. Il suffit qu’il déploie ses portes arrière, et c’est l’émeute. Même l’essai de la toute nouvelle Aston Martin DB11 quelques jours auparavant, l’une des plus belles voitures du moment, bien aidée par le son de son V12, n’a pas fait tourner autant de têtes !

Il faut dire qu’après l’arrivée de la berline Model S, cette incursion de Tesla sur le segment des SUV de luxe, tout en étant le premier à être 100% électrique, sans émissions polluantes, continue d’interroger. Et puis entre la personnalité fascinante et visionnaire d’Elon Musk, la médiatisation de la conduite semi-autonome et les performances à couper le souffle de ses véhicules, tout ça dans le plus grand silence, Tesla continue de fasciner. Il va falloir s’y faire, le Tesla Model X débarque sur nos routes. Et compte bien garder son statut de leader sur un segment qui comptera très prochainement Jaguar, Mercedes, Audi… Tout le monde s’y met, comme par hasard. Tesla fait peur, bouscule les constructeurs "traditionnels" et ose désormais s’attaquer à une clientèle familiale (et aisée). Alors pour savoir si la révolution des SUV électriques aura bien lieu, et avoir un avant-goût de ce qui nous attend, nous nous sommes glissés au volant du Tesla Model X 90D.

Essai Tesla Model X 90D

Faucon Millenium

Si le physique de ce Tesla Model X attire autant, c’est qu’il est très imposant. Reposant sur la plateforme de la Model S, il mesure 5 mètres de long, 2,3 mètres de large et 1,68 m de haut. Mieux vaux avoir un grand garage, ou une large place d’Autolib’ pour le garer. Mais il y a aussi et surtout ce style inimitable. Quasi-identique à celui de la Model S, il est en complet décalage avec un segment des SUV où les calandres sont de plus en plus larges et béantes, où les lignes sont taillées à la serpe… Sur le Model X, c’est le contraire : calandre minimaliste, surfaces planes, lisses, juste ce qu’il faut de chromes, de muscles apparents et d’appendices sportifs pour le caractère. Et c’est tout. Son Cx (coefficient de traînée aérodynamique) de 0,24 est un record dans la catégorie.

Il suffit qu’il déploie ses portes arrière, et c’est l’émeute.

Et puis il y a la cinématique si particulière des portières arrière, les fameuses "Falcon Wings", qui se déploient telles des ailes de faucon pour faciliter l’entrée aux places arrière. L’effet visuel est saisissant. Atteignant 2,20 m de haut, elles sont bardées de capteurs pour éviter de taper contre des obstacles, comme un plafond, ou les voitures d’à côté. Il faut quand même un minimum d’espace pour les utiliser. À l’usage, le côté gadget s’efface au profit d’une vraie accessibilité, pour entrer comme sortir de la voiture. Seuls bémols, attention de ne pas refermer en restant en dessous, et armez vous de patience dès que vous voulez mettre des affaires sur les sièges ou la banquette arrière, la cinématique est un peu longue. Mais peut-on seulement se lasser de les voir se déployer ? Pas sûr...

Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D

Le SUV du futur

Place désormais à l’intérieur. Et nouveau tour de magie, les portières (classiques) avant s’ouvrent aussi automatiquement ! Il suffit même d’appuyer sur le frein quand on est à l’intérieur pour que la porte conducteur se referme toute seule. Du jamais vu ! Pas comme pour la planche de bord qui est calquée sur celle de la Model S. On retrouve le même luxe dans les matériaux, entre cuir et Alcantara, une planche de bord toujours aussi nue (seulement deux boutons en tout et pour tout, un pour le warning, l’autre pour ouvrir la boîte à gants !), et cet écran de 17 pouces qui regroupe l’ensemble des fonctionnalités de l’auto. C’est beau, c’est presque au niveau des Allemands, mais très franchement, on s’ennuie un peu. Trop épuré. Trop vide. Trop parfait. Certains aimeront, forcément. Mais ça manque d'âme. Et l'écran gigantesque qui centralise l'ensemble des fonctions de l'auto n'y fera rien. Beau mais pas toujours réactif, impressionnant par sa taille mais agaçant quand il faut passer par différents menus pour mettre les antibrouillards par exemple, cet écran réserve quelques surprises qui plairont aux plus geeks. Comme la carte de Paris qui s'est effacée au profit de celle de la planète Mars (!) après avoir rentré un code spécial. C'est bête, ça ne sert à rien, mais on adore !

Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D

Mais là où ce Model X se démarque encore de sa "petite" soeur, c’est avec cette sensation d’espace qui se dégage quand on prend place à l’intérieur. Une sensation accentuée par cet impressionnant pare-brise panoramique. Pas de toit vitré en revanche au-dessus des places arrière, "falcon doors" oblige, mais quand même de petites vitres percées dans le toit, qui apportent un léger halo de lumière aux passagers arrière.

Et puisqu’il en est question, Tesla propose son Model X en différentes configurations, 5, 6 ou 7 places. Notre version d’essai peut embarquer six personnes, grâce à ses trois fois deux sièges. On n’est pas loin de la limousine, surtout aux deux premières rangées. La troisième, avec deux sièges collés, est un peu moins accessible mais surtout ne conviendra qu’à des enfants, ou des adultes de petite taille. Ces deux derniers sièges sont d’ailleurs les seuls à se plier pour laisser un plancher plat dans le coffre. Les deux places individuelles du milieu ne font que s’avancer pour aller se coller aux places avant. Pas idéal pour faire de ce Model X un déménageur. Chaque configuration, 5, 6 ou 7 places, a donc ses propres avantages, à prendre en considération dès l’achat.

Quant aux coffres, au pluriel, ils offrent 187 litres à l’avant, et jusqu’à 1410 litres à l’arrière. C’est gigantesque, mais finalement compte tenu des dimensions de l’engin, quoi de plus normal.

Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D

Décollage imminent

Plus que tout quand on a une Tesla entre les mains, et que l’on a déjà goûté aux accélérations fulgurantes qu’elles procurent, on a envie d’une chose : prendre la route. On n’a aucun doute sur le fait que ce qui faisait déjà sensation sur la berline s’adapte parfaitement à ce gros vaisseau Model X. En revanche, il faut bien dire que les premiers tours de roue ne sont pas rassurants, tant à cause du gabarit que du manque de visibilité autour de la voiture. Même avec cette position rehaussée par rapport à la berline. Ouf, les radars veillent au grain. Mais pas pour les jantes de 22 pouces qui risquent leur vie à chaque créneau ! Notre modèle d’essai est la version 90D, avec l’équivalent de 422 chevaux envoyés aux quatre roues, et une autonomie, sur le papier tout du moins, de 489 km.

Première bonne nouvelle, malgré son gabarit, ce Model X ne fait pas moins bien que sa sœur Model S en matière de comportement. Les batteries étant toujours cachées dans le sol, le centre de gravité reste très bas, et permet à cet imposant SUV de 2,4 tonnes de virer à plat, sans roulis. Et les accélérations restent absolument jouissives ! Pour s’insérer dans un rond-point ? On effleure la pédale de droite. Pour se débarrasser d’un voisin de derrière qui n’a pas compris l’importance des distances de sécurité ? Pédale de droite. Et s’insérer sur l’autoroute sans attendre que celui qui a la flemme de changer de file soit enfin passé ? Pareil. Impressionnant. Et sécurisant !

Essai Tesla Model X 90D
Essai Tesla Model X 90D

Un 0 à 100 km/h en 5 secondes, 658 Nm de couple disponibles immédiatement, tout cela dans un confort absolu, filtré grâce aux suspensions pneumatiques. Un cocon technologique apaisant, sans bruit de moteur, c’est pour le moment encore inédit dans le monde automobile. Mais gare aux accélérations répétées si vous voulez préserver la batterie ! Lors de notre essai sur un jour et demi, avec de la ville, des bouchons, un peu d’autoroute et de routes de campagne (et quelques accélérations appuyées…), notre compteur affichait une autonomie moyenne de 350 km. Mais les Superchargeurs émaillent désormais le territoire (plus d’une cinquantaine), bien épaulés par ce que Tesla appelle les "recharges à destination", des bornes elles aussi marquées Tesla, moins rapides, installées pour beaucoup d’entre elles dans des parkings d’hôtels ou de restaurants. Mais il faudrait un essai longue durée pour se rendre compte de l’autonomie au quotidien, de la facilité d’accéder aux Superchargeurs, et de la possibilité de voyager loin.

Un petit mot sur le fameux système d’Autopilot, la conduite semi-autonome que nous avions déjà essayée lors de notre essai de la Tesla Model S 90D. Également présente à bord de ce Model X, elle s’apprête à évoluer avec un nouveau système qui fera fonctionner deux des huit caméras (mise à jour 8.1) qui sont désormais intégrées au Model X, et dont notre modèle n’était pas encore équipé. À tester très prochainement pour savoir si les défauts de l’Autopilot ont été gommés !

Essai Tesla Model X 90D

Conclusion

Rouler en Tesla, c’est rouler différent. Déjà parce que c’est électrique, et que c’est encore marginal. Ensuite pour le côté "geek" assumé, pour ne pas dire "fan" d’Elon Musk, le grand patron de la marque, et des quelques coups d’avance qu’il semble avoir sur des constructeurs établis depuis des décennies. Adhérer à sa vision minimaliste de l’automobile, 100% connectée, made in Silicon Valley, qui transforme un moyen de transport en une tablette numérique qu’on met à jour comme son smartphone, c'est déjà goûter au futur.

Lire aussi :

Mais comme pour la berline Model S, et en attendant un Model 3 qui fera baisser le ticket d'entrée à la gamme, rouler en Tesla, ça reste cher. Alors certes, compte tenu des performances de ce Model X, dignes d'un Porsche Cayenne Turbo, voire Turbo S, ce n'est pas si cher. De même, la recharge est beaucoup moins coûteuse qu'un plein d'essence, même si la firme de Palo Alto a décidé de désormais faire payer l'accès à ses Superchargeurs. Encore seul sur son segment de SUV luxueux, aussi performant que technologique et surtout 100% électrique, il est difficile de comparer ses tarifs. Mais quand les gros SUV premiums et hybrides de Volvo, Porsche, BMW ou encore Audi, tournent autour des 80'000 euros, ce Model X démarre dans sa version 75D (417 km d'autonomie) au-dessus des 100'000 €, à 101'300 € exactement, bonus de 6000 € non déduit. Pour grimper jusqu'à 161'550 € sur le Model X P100D.

Notre Model X 90D de l'essai est proposé, lui, à partir de 113'350 €, auxquels il faut encore déduire le bonus. Et s'il n'y a qu'une finition chez Tesla, la facture grimpe vite au fur et à mesure que l'on pioche dans la liste d'options : 3450 € pour la configuration 6 places, 4600 € en 7 places, 5700 € pour le Pilotage Automatique Amélioré, 3400 € pour que votre véhicule soit prêt aux futures mises à jour de conduite 100% autonome... Mais quitte à craquer pour un Model X, autant faire en sorte qu'il puisse évoluer au gré des mises à jour, gratuites elles. Et continuer d'avoir une longueur d'avance sur la concurrence !

Photos : Mael Pilven / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
 Le look          Portières arrière pas si pratiques au quotidien
 L'espace intérieur

 Taille et poids du Model X

 Les accélérations ahurissantes                    

 Prix

Tesla Model X 90D

Moteur électrique Moteur synchrone à rotor bobiné en cuivre
Batterie Lithium-ion 90 kWh
Puissance 422 chevaux (310 kW) / 660 Nm
Transmission Automatique à un rapport
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 5 secondes
Vitesse de pointe 250 km/h
Poids 2468 kg
Distance en mode électrique 489 km NEDC
Type de charge Prise domestique / Borne publique / Supercharger
Volume de coffre 187 litres à l'avant / Jusqu'à 1410 litres à l'arrière
Places 5 places / 6 places (+ 3450 €) / 7 places (+ 4600 €)
En vente 2016
Prix de base 104'300 €
Prix de la version testée 141'490 €

Essai Tesla Model X 90D