Essai Alfa Romeo Giulia Veloce - Plaisirs oubliés

Depuis 2011 et l'arrêt de la 159, Alfa Romeo n'occupait plus le segment des berlines. Un signe assez équivoque qui reflétait l'état de santé de la marque et celle du groupe auquel elle appartient par la même occasion. Mais quel dommage de laisser une tel constructeur aux abonnés absents dans un segment où il excellait à l'époque. Qu'à cela ne tienne, en 2016, Alfa Romeo commercialise enfin une nouvelle berline au nom plus qu'évocateur, puisqu'ils ont eu la très bonne idée de la nommer Giulia, en référence à son ancêtre éponyme de 1962.

Chargée de concurrencer les berlines premium stars du segment, à savoir les Audi A4, BMW Série 3 et Mercedes Classe C, Alfa Romeo mise gros sur sa nouvelle Giulia, fer de lance d'un renouveau que l'on espère fleurissant. Pour l'accompagner, Alfa Romeo a également lancé le Stelvio, un SUV que nous avons déjà pu prendre en main et qui a pu nous séduire aussi par la même occasion. Concernant la Giulia, plusieurs versions sont proposées au catalogue, dont cette fabuleuse édition Quadrifoglio, reine du Nürburgring dans sa catégorie à l'heure où nous écrivons ces quelques lignes. En dessous, plus modestement mais toujours aussi séduisante, Alfa Romeo propose une version Veloce. Une appellation déjà utilisée par la marque sur ses Giulia 1750 (1967) et 2000 (1969). C'est cette version que nous avons décidé de prendre en main à l'occasion de cet essai mené du côté de la Normandie.

Alfa Romeo Giulia Veloce

"Plus belle voiture de l'année 2016"

Auréolée de ce titre à l'occasion d...