La marque japonaise met ici en place la première étape de son nouveau plan d'investissement.

Le feuilleton Donald Trump se poursuit aux États-Unis. Rappelez-vous, quelques jours avant son investiture, celui qui dirige désormais le pays de l’Oncle Sam avait menacé ouvertement les constructeurs nationaux (en l’occurrence Ford et General Motors), puis Toyota et BMW, leur reprochant de produire une quantité non-négligeable de leurs voitures destinées au marché américain au Mexique.

2017 Toyota Highlander
2016 Toyota Sequoia
2017 Toyota Highlander

Par le biais d’un tweet, Donald Trump avait ainsi menacé Toyota, premier producteur mondial, de taxer la firme japonaise à hauteur de 35%, si la marque poursuivait son ambition de construire une usine au Mexique. Cette dernière devait recevoir une partie de la production de la Corolla, l’un des modèles les plus vendus outre-Atlantique.

Lire aussi:

Y a-t-il eu un effet Donald Trump auprès de la direction de Toyota ? Toujours est-il que la marque japonaise a annoncé vouloir renforcer les investissements dans son usine de Princeton dans l’Indiana. Un site où sont notamment produit les SUV Highlander, Sequoia ainsi que le monospace Sienna, des véhicules vendus principalement au Canada et aux États-Unis. L’usine américaine emploie actuellement près de 5500 personnes, auxquelles vont s’ajouter 400 autres nouveaux emplois. Ce qui représente un investissement de 600 millions de dollars.

Selon l’AFP, ce projet d'agrandissement, prévu pour fin 2019, est la première étape d’un plan d’investissement de 10 milliards de dollars sur cinq ans, annoncé par Toyota début janvier.

Lire aussi:

2017 - Toyota Highlander