Essai Alfa Romeo Stelvio - Un SUV, mais une vraie Alfa !

Pour la première fois de son histoire, la marque italienne lance son premier SUV, qui s'attaque à une concurrence notamment constituée du trio allemand, mais également de quelques nouveautés comme la Jaguar F-Pace ou le Volvo XC60. Son nom est inspiré du plus haut col de montagne en Italie, le Stelvio, dont la route est emblématique avec ses 75 virages s'étendant sur plus de 20 kilomètres. Une référence qui en dit long sur ses prétentions dynamiques !

Sous le capot, l'Alfa Romeo Stelvio propose trois motorisations essence de 200, 280, et 510 chevaux sur la version Quadrifoglio, ainsi que deux motorisations diesel de 180 et 210 chevaux. C'est cette dernière, associée à une boîte automatique AT8, que nous avons eu l'occasion de prendre en main.

Un design extérieur musclé et élégant

Dès le premier regard, on reconnait le style italien et notamment les lignes de la nouvelle Alfa Romeo Giulia, avec un soupçon d'inspiration allemande pour le profil. Ici, les proportions sont bien sûr plus imposantes que sur la Giulia, le Stevio étant plus haut de 24 cm, pour une longueur de 4,69 mètres.

Le nouveau Stelvio se reconnaît par ses ailes musclées et ses proportions généreuses mariant la force à la pureté des lignes. La traditionnelle calandre "trilobo" de la marque est bien entendu de la partie, ainsi que des optiques au design effilé et à la signature lumineuse simple mais distinctive. La partie arrière est marquée par la présence d'un becquet et de deux larges canules d'échappement au look sportif.

Essai Alfa Romeo Stelvio 2017

Un design intérieur épuré et sportif

À l'intérieur, on retrouve également l'ambiance de la Giulia, avec un aspect plus massif et une position de conduite plus haute de 19 cm. Résolument sportif, cet habitacle est tourné vers le conducteur, en témoigne cette console centrale épurée qui embarque un écran (non tactile) de 8,8 pouces, ou encore du bouton de démarrage situé sur le volant qui rappelle les sportives au cheval cabré.

Pour le Stelvio, Alfa a opté pour des matériaux de qualité : inserts en bois, aluminium, plastiques généreusement moussés, mais en s'y attardant plus attentivement, on notera quelques détails de finition qui ne sont pas au niveau des références allemandes. Rien d'alarmant toutefois puisque la vie à bord reste très plaisante.
Les sièges sont enveloppants à l'avant et offrent un excellent maintien, tandis que les places arrière sont accueillantes et offrent un espace aux jambes confortable : deux adultes pourront y voyager sans encombre, la place du milieu restant une solution d'appoint. Le coffre n'est pas en reste avec une capacité de 525 litres, généreuse mais légèrement inférieure à la moyenne de la catégorie.

Au niveau de la dotation, nous retrouvons quelques équipements comme le freinage autonome d'urgence avec détection des piétons, l'alerte de franchissement de ligne, le régulateur adaptatif ou encore le contrôle des angles morts. Toutefois, face à une Audi Q5 par exemple, le Stelvio souffre de l'absence de certains équipements embarqués et technologies de sécurité dernier-cri : des lacunes qui devraient être comblées au fil de la vie du véhicule.

Essai Alfa Romeo Stelvio 2017

Le plaisir de conduire Alfa Romeo au rendez-vous

Dès les premiers tours de roue, on retrouve l'expérience de conduite d'une Alfa Romeo, et plus précisément celle de la Giulia : la voiture dispose d'une direction légère et directe, permettant une grande agilité dans les courbes. L'amortissement, plutôt ferme, n'est pas inconfortable pour autant car il offre un bon compromis entre confort et tenue de route. Et bien qu'il soit plus haut perché, le Stelvio ne souffre pas d'une prise de roulis excessive : il offre un comportement à la fois plaisant et sécurisant, d'autant plus avec cette transmission intégrale Q4 conçue pour le plaisir de conduire.

En effet, en situation normale, le couple est distribué sur les seules roues arrière, offrant à la voiture un comportement de propulsion. Lorsque l'adhérence est moindre, les quatre roues motrices rentrent en action et distribuent jusqu'à 50% de la motricité sur l'essieu avant. Pour permettre au conducteur de personnaliser son expérience au volant, le fameux sélecteur DNA d'Alfa Romeo permet de choisir entre trois modes de conduite : le mode "D" (pour Dynamic) offre par exemple plus de performances et de réactivité en modifiant la gestion de la boîte, de la direction, des freins et des systèmes de contrôle électroniques.

Notre motorisation quatre cylindres diesel de 210 chevaux à l'essai, bien que bruyant de nature, se révèle plutôt discret à bord grâce à une insonorisation soignée. Il offre des accélérations franches (le 0 à 100 km/h est effectué en 6,6 secondes), ainsi que de bonnes reprises grâce au couple généreux de 470 Nm disponible dès 1750 tr/min. Associé à une boîte de vitesses automatique AT8 souple et réactive, l'ensemble offre un excellent agrément, et avaler les kilomètres à bord du Stelvio devient un vrai plaisir.

Essai Alfa Romeo Stelvio 2017

En conclusion

Bien né, le nouveau Stelvio offre l'expérience de conduite d'une berline Alfa Romeo dans le corps d'un SUV au look sportif et dynamique. On apprécie son comportement agile et sécurisant, ainsi que l'agrément de l'ensemble boîte/motorisation. Bien que le Stelvio souffre de quelques lacunes technologiques face à sa concurrence, son positionnement différent ainsi que ses tarifs contenus sauront séduire des clients à la recherche d'une alternative aux SUV premium allemands.

Lire aussi :

Au niveau de la consommation, nous avons relevé lors de notre essai une moyenne de 7,1 litres aux 100 km, soit environ deux litres de plus que les 4,8 litres (et 127 g/km de CO2, soit 50 € de malus écologique) annoncés par le constructeur. Au niveau des tarifs, il vous faudra compter sur un prix d'entrée de 41'300 € pour un Alfa Romeo Stelvio 2,2 litres Diesel 180 AT8. Notre modèle à l'essai, un Alfa Romeo Stelvio Super 2,2 litres Diesel 210 Q4 AT8, est proposé à partir de 49'200 €, hors options.

Photos : Tran Ha / Motor1.com

 

 

Points positifs

Points négatifs
Comportement dynamique Quelques détails de finitions
Agrément de la boîte automatique Lacunes technologiques face à la concurrence
Bon compromis confort/tenue de route Pas de limiteur de vitesse
Lire l'essai completVoir moins