Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le vendredi 18 février, Renault a annoncé ses résultats financiers pour 2021. L'entreprise a renoué avec la rentabilité l'année dernière et a également annoncé plusieurs nouveaux véhicules 100 % électriques pour les trois prochaines années.

Tout semble donc aller pour le mieux pour Renault, mais son ancien PDG, Carlos Ghosn, semble voir les choses différemment. Dans une interview récemment accordée à nos confrères du Parisien, l'ex-magnat de l'automobile a continué à critiquer les décisions de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Renault détient actuellement une participation d'environ 43 % au sein du capital de Nissan, tandis que la firme japonaise détient "seulement" 15 % de l'entreprise française. Carlos Ghosn s'est toujours prononcé en faveur de liens plus étroits entre les deux constructeurs, mais les dirigeants de la marque japonaise sont toujours restés prudents quant à l'idée de se rapprocher davantage de Renault.

L'homme d'affaires libanais d'origine brésilienne, âgé de 67 ans, est aussi revenu sur la stratégie de l'Alliance et notamment celle de Renault, "qui n'est plus que l'ombre de son passé".

"La vérité, c'est que le premier constructeur mondial est devenu un petit constructeur fragile", a déclaré Carlos Ghosn dans les colonnes du Parisien. "Cela m'attriste de voir que Renault n'est plus que l'ombre de lui-même". Il a également déclaré que la récente communication de la direction de Renault selon lesquels les problèmes de la marque proviennent aujourd'hui de la "course aux volumes" étaient "indécents". "Ils auraient pu trouver quelque chose d'un peu plus subtil", a ajouté Carlos Ghosn.

L'ancien dirigeant s'est également montré très critique à l'égard de l'actuel PDG de Renault, Luca de Meo, qui mise sur une stratégie de "valeur plutôt que de volume". Il a souligné qu'il n'était pas particulièrement satisfait de la manière dont la stratégie de la marque évolue car, selon lui, "la stratégie ne représente que 5 %, tandis que l'action et les résultats représentent 95 %."