Essai Opel Insignia Sports Tourer - Plus routière que sportive

Les breaks sont une tradition chez Opel : en effet, depuis 1970 avec l'Opel Ascona Voyage et sa silhouette atypique à trois portes, la firme au blitz propose une déclinaison break sur les modèles familiaux de sa gamme. La première génération d'Opel Insignia Sports Tourer (le nom de la version break de l'Insignia), lancée en 2008, s'est écoulée à environ 400'000 exemplaires, dont plus de 42'000 en France.

Lire aussi:

Cette année, à l'occasion du Salon de Genève, l'Insignia Sports Tourer se renouvelle avec une seconde génération, qui est la toute dernière Opel entièrement conçue par General Motors, sur la base de l'architecture E2 qui permet un allègement allant jusqu'à 200 kg grâce à l'usage de matériaux légers. Nous avons pris le volant d'une version dotée du quatre-cylindres diesel CDTI de 170 chevaux, afin de découvrir tous ses atouts sur les routes du Massif des Alpilles, dans la région d'Avignon.

Un design à la fois élégant et sportif

Inspirée du concept Opel Monza présenté en 2013, l'Opel Insignia Sports Tourer arbore des lignes à la fois élégantes et dynamiques : avec une longueur de 4,99 mètres, l'exercice était plutôt périlleux, mais Opel s'en est sorti avec brio.

Dans le détail, nous retrouvons la nouvelle calandre commune aux dernières productions de la marque, des lignes de flancs épurées complétées par un pli de carrosserie caractéristique en partie basse, ainsi qu'une partie arrière assez dynamique avec un becquet qui s'intègre dans le prolongement du jonc chromé surlignant les vitres latérales. Les feux à LED à l'avant comme à l'arrière participent au look moderne et sportif de la voiture, de même que pour les très grandes jantes de 20 pouces qui équipent notre modèle d'essai.

Essai Opel Insignia Sports Tourer 2017

Un intérieur sobre et sérieux

À bord, les progrès réalisés depuis la première génération d'Insignia sont remarquables. L'habitacle est sobre et sérieux, avec une disposition assez classique mais des matériaux et assemblages qui sont, dans l'ensemble, de bonne facture. On retrouve au centre de la planche de bord un écran tactile de 7 pouces embarquant le système multimédia IntelliLink, compatible Apple CarPlay et Android Auto, et proposant notamment les services connectés Opel OnStar, ainsi qu'un point d'accès Wi-Fi.

Les occupants seront confortablement installés, notamment à l'avant où Opel propose en option des sièges premium ergonomiques certifiés par l'AGR, une association allemande pour la santé du dos. En pratique, ceux-ci offrent un excellent maintien et un confort de premier ordre : de quoi avaler les kilomètres sans souffrir ! Bien entendu, ils sont également chauffants, ventilés et massants.

À l'arrière, les passagers ne seront également pas en reste, avec une banquette chauffante, ainsi qu'une garde au toit et un espace aux genoux généreux. Niveau coffre, celui-ci affiche une capacité de 560 litres, pouvant passer à 1665 litres une fois la banquette rabattue. En pratique, elle fait moins bien que la concurrence, avec par exemple 650 à 1780 litres sur la Volkswagen Passat.

Essai Opel Insignia Sports Tourer 2017

Plus routière que sportive

Parmi les motorisations disponibles sur l'Opel Insignia Sports Tourer, nous avons opté pour le plus puissant des diesel : le quatre-cylindres de 2,0 litres développant 170 chevaux et 400 Nm de couple. Deux autres motorisations 1,6 litre diesel proposent des puissances de 110 et 136 chevaux, tandis que nous retrouvons en essence deux blocs 1,5 litre Turbo de 140 et 165 chevaux, ainsi qu'en haut de gamme un 2,0 litres Turbo de 265 chevaux.

Sur la route, cette Insignia Sports Tourer sera la plus à l'aise sur les grands axes routiers, où elle se comporte avec brio et avec une philosophie axée sur le confort, ainsi qu'une boîte automatique à huit rapports particulièrement douce et efficace. On notera juste un moteur diesel assez présent dans l'habitacle lors des phases d'accélération, ainsi qu'une certaine fermeté de la voiture sur les chaussées accidentées, la faute aux roues de 20 pouces qui équipaient notre modèle d'essai (les modèles de 17 et 18 pouces seront bien plus doux avec votre dos !). Si les accélérations sont linéaires, avec un 0 à 100 km/h effectué en 9,2 secondes, les reprises sont au rendez-vous grâce à la présence d'un couple généreux de 400 Nm.

Sur les routes plus sinueuses que nous avons emprunté lors de notre essai, le bilan est un peu plus mitigé : si les mouvements de caisse sont contenus, la direction manque de consistance, et l'agilité souffre de l'empattement long de la voiture. Fort heureusement, la tenue de route est sans faille. Pour la rendre un peu plus dynamique, Opel propose en option le châssis FlexRide, qui permet de sélectionner entre trois modes de conduite qui modifient le comportement de la voiture, en agissant sur l'accélérateur, la direction, l'amortissement ou encore la réactivité de la boîte automatique.

Essai Opel Insignia Sports Tourer 2017

En conclusion

Pas aussi sportive que son nom semble présager, l'Opel Insignia Sports Tourer offre une tenue de route satisfaisante sur les routes plus sinueuses, mais ne distille malheureusement pas une agilité et un dynamisme à toute épreuve. Elle reste toutefois un fort joli break dont le terrain de jeu idéal est sans conteste les autoroutes, où avaler confortablement les kilomètres ne sera qu'une formalité.

Au niveau de la consommation, Opel annonce une consommation mixte de 5,7 l/100 km, soit 150 g/km de CO2 (entraînant un malus de 1300 €). En pratique, nous avons relevé une moyenne de 7,4 l/100 km, des chiffres restant dans la moyenne pour une motorisation diesel 2,0 litres quatre-cylindres de cette puissance.

Pour les tarifs, il vous faudra compter sur un prix d'entrée de 28'450 € pour une Opel Opel Insignia Sports Tourer Edition 1.5 Turbo 140 BVM6. Notre modèle à l'essai, une Opel Insignia Sports Tourer Elite 2.0 CDTI 170 AT8, est proposé à partir de 40'500 €, hors options.

Photos : Tran Ha / Motor1.com

Essai Opel Insignia Sports Tourer 2017

 

Points positifs Points négatifs
Design élégant et dynamique ... Mais un peu ferme avec les jantes de 20 pouces
Agrément moteur/boîte Volume de coffre moins généreux que la concurrence
Habitabilité et confort Moteur diesel bruyant lors des accélérations
Lire l'essai completVoir moins