La dernière berline d'Opel sur la route du succès ?

La nouvelle Insignia est née dans un monde qui se détourne de plus en plus de la berline traditionnelle. Pourtant, si l'on en croit les chiffres de ventes que l'on nous communique aujourd'hui, elle parvient à tirer son épingle du jeu. 

Opel déclare en effet avoir enregistré plus de 100'000 commandes en Europe à ce jour, un peu moins d'un an après le lancement du modèle. Parmi les 100'000 voitures commandées se trouvent des Vauxhall Insignia, qui ne sont rien d'autres que des Insignia rebadgées pour l'Angleterre. Le constructeur allemand ne donne pas beaucoup d'informations quant au mix des ventes. Tout juste apprend-on que neuf clients sur dix optent pour le système de navigation optionnel Navi 900 IntelliLink.

Opel Insignia Exclusive

L'Insignia est assemblée dans l'usine de Rüsselsheim, en Allemagne. Sa gamme compte trois types de carrosserie : la berline classique (Grand Sport), le break (Sports Tourer) et le break "baroudeur" (Country Tourer). La déclinaison la plus désirable est sans nul doute la GSi essence, animée par un quatre-cylindres 2,0 litres turbo fort de 260 ch et 400 Nm de couple. Celle-ci réalise le 0 à 100 km/h en 7,3 secondes et atteint une vitesse maximale de 250 km/h. Il existe aussi une GSi diesel plus raisonnable, qui hérite d'un 2,0 litres bi-turbo de 210 ch et 480 Nm de couple. En France, les tarifs débutent à 22'950 euros. Pour ce prix-là, vous aurez droit à une Insignia essence 1.5 Turbo 140 ch en finition Edition.

Lire aussi :

 

 

 

Galerie: 2017 Opel Insignia Grand Sport