Essai Volkswagen Tiguan : 2.0 TDI 150 ch - Le triomphe modeste

En 2019, le Tiguan de seconde génération va fêter ses trois ans de carrière. Une carrière qui, pour le moment, est évidemment couronnée de succès avec des ventes au rendez-vous, mais une carrière qui fût mouvementée avec l'arrivée de la Peugeot 3008 en 2017. En France, en 2018, le Volkswagen Tiguan s'est écoulé à 21'539 unités, contre 84'834 pour le 3008. Cela s'explique essentiellement par le design plus affirmé du SUV français, mais aussi la tendance actuelle du "Made in France" qui commence peu à peu à entrer dans les habitudes de consommation des Français. Quoi qu'il en soit, le Volkswagen Tiguan bénéficie toujours d'une belle cote de popularité grâce à son côté pragmatique et sérieux qui peut rassurer un certain type de client.

Si, sur l'ancien Tiguan, la boîte robotisée DSG à double embrayage obligeait le système de transmission intégrale 4Motion, l'actuel peut enfin associer DSG et transmission aux seules roues avant. Une offre intéressante puisque tous les clients n'ont pas vraiment l'usage des quatre roues motrices. C'est d'ailleurs ce genre de combinaison qui séduit le plus grand public. Malgré les décisions gouvernementales qui vont à l'encontre du diesel, le bloc 2,0 litres TDI de 150 chevaux s'avère être toujours une valeur sûre, notamment pour les entreprises qui bénéficient d'avantages fiscaux. La petite motorisation de 150 chevaux permet aussi de contenir les consommations puisque sur un trajet d'environ 600 kilomètres mêlant 60 % d'autoroutes et 40 % de ville...