1000 chevaux pour cette Ferrari hybride rechargeable !

Que demander de plus qu'une voiture de sport italienne, rouge, avec comme armoiries le fameux petit cheval sur la carrosserie ? Eh bien, peut-être la plus puissante et la plus high-tech de toutes !

La Ferrari SF90 Stradale, c'est justement ça : elle représente le meilleur de ce que Maranello peut offrir aujourd'hui, avec 1000 ch de puissance et trois moteurs électriques pour soutenir le V8 4.0 biturbo à essence. On va justement essayer de savoir si cette décharge supplémentaire offre un frisson supplémentaire... 

Le tour de la voiture

Pour matérialiser l'essence d'une Ferrari aussi high-techque cette SF90, l'équipe de design Ferrari dirigée par Flavio Manzoni a non seulement pris en compte les liens que cette voiture entretient avec les voitures de course (elle porte le nom d'une monoplace de Formule 1), mais il s'est également inspiré du monde des bateaux... et des vaisseaux spatiaux. De plus, pour dessiner les formes de la carrosserie, il a fallu raisonner en soustrayant des volumes, comme dans une sculpture. 

Mais pour décrire le design général, il faut peut-être partir de la forme en V du capot avant, qui génère une sorte d'effet de flèche qui pointe vers l'avant, repris également à l'arrière.

Les phares à matrice LED, une première sur une Ferrari, donnent de l'expression à l'avant, avec des fentes horizontales inhabituelles et l'effet de deux ailerons en porte-à-faux d'inspiration aéronautique. Plus bas, il y a d'autres fentes, cette fois pour refroidir les freins et - dans la partie inférieure du pare-chocs, au milieu - pour refroidir le noyau électrique de la voiture, en laissant sur les côtés les prises qui refroidissent la mécanique "thermique".

Ferrari SF90 Stradale, la prova

Contrairement à d'autres berlinettes Ferrari (comme la 360 Modena par exemple), le toit et les passages de roues ne sont plus reliés de façon continue jusqu'à la lunette arrière. Cela permet d'accentuer visuellement le fait que l'intérieur est avancé et se situe très bas dans la silhouette latérale. Et avec le pavillon noir qui contraste avec la couleur de la carrosserie, le cockpit disparaît presque de profil.  

Ferrari SF90 Stradale, la prova

Le spoiler arrière laisse un canal pour le passage de l'air, pour donner plus de force d'appui et ne pas "salir" l'esthétique des lignes, avec les quatre feux arrière sur les côtés, qui perdent la forme ronde traditionnelle, et gagnent un effet tridimensionnel. Les excavations latérales à l'arrière, rappellent le dessin d'un trimaran, également en raison du contraste avec la carrosserie généré par le diffuseur en carbone. Sans oublier la position élevée des sorties d'échappement, qui donne également plus d'efficacité technique à la ligne d'échappement. 

Et à l'intérieur ?

Les clins d'oeil à l'aéronautique se retrouvent également dans le cockpit, où le pilote est entouré d'une nouvelle technologie d'interface homme-machine entièrement numérique. Lorsque les instruments sont éteints, les écrans sont parfaitement noirs, presque comme pour ne pas salir le design, et s'animent ensuite avec les différentes fonctions lorsque la voiture est en mouvement. L'écran du tableau de bord, pour la première fois dans une voiture de série, est un écran courbé de 16 pouces. Les commandes au volant sont également entièrement numériques, au niveau des touches.

Ferrari SF90 Stradale, la prova
Ferrari SF90 Stradale, la prova

Pour autant, dans toute cette modernité, il y a la référence à la boîte de vitesses manuelle des Ferrari historiques, avec la réinterprétation de la grille de sélection des vitesses en métal. De plus, toutes les commandes ayant une fonction technique dans cet habitacle sont en carbone, recouverts de rembourrage à l'italienne, comme dans le cas des sièges sans structure métallique, pour perdre du poids et améliorer l'ergonomie.

Plaisir de conduire

Si vous pouvez retrouver tous les chiffres de cette voiture de sport dans le tableau en bas de l'article, il ne fait aucun doute que le fait de penser que vous avez 1000 ch sous le pied droit fait déjà forte impression. 

Ferrari SF90 Stradale, la prova

Le couple des 3 moteurs électriques se charge de remplir la partie inférieure du compte-tours, et se combine formidablement bien avec la caractéristique typique du V8 biturbo de Ferrari, qui apporte rien qu'à lui 780 ch et 800 Nm sur le plateau. En réalité, la gestion électronique de la livraison de la puissance imite à bas régime un moteur à aspiration naturelle pour réduire les délais de réponse avec le limiteur fixé à 8000 tr/min, et permet en haut, d'exploiter tous les avantages de la poussée garantie par le turbo.

Et ce qui est passionnant, c'est la façon dont les deux moteurs électriques avant fonctionnent pour transmettre tout cela au sol, donnant plus de couple sur la roue extérieure et moins sur la roue intérieure, ce qui permet d'aborder des trajectoires que même le cerveau peut à peine imaginer.

Ferrari SF90 Stradale, la prova
Ferrari SF90 Stradale, la prova

Plus encore sur la piste, où cette transmission intégrale intelligente, associée aux fines commandes électroniques qui viennent en aide au conducteur, permet d'exploiter les performances de la SF90 avec un naturel surprenant. Même sous la pluie. Sans oublier cet aspect qui m'a particulièrement bluffé : les freins. Ils sont commandés électriquement, et la pédale a une progressivité impressionnante compte tenu de la brièveté de la course, et malgré la régénération électrique.

Comfort

Les Ferrari modernes, en termes d'absorption des suspensions, nous ont très bien habitués. Et cette SF90 Stradale ne fait pas exception à la règle. Il suffit d'appuyer sur le fameux manettino au volant pour adoucir la réponse des amortisseurs électroniques. Vous pourrez passer avec une grande facilité même sur des routes loins d'être lisses.

De plus, il s'agit ici d'une voiture hybride rechargeable avec 8 kWh de batterie, qui en mode entièrement électrique peut parcourir jusqu'à 25 km, pour une vitesse maximale de 135 km/h. Si vous choisissez plutôt le mode de conduite hybride, vous roulerez avec le moteur à essence, mais qui se coupe plus souvent que vous ne l'imaginez dans des conditions de circulation normales. Et en silence. Au total, dans ces conditions, le moteur électrique arrière délivre un maximum de 220 ch et 266 Nm, tandis que chacun des moteurs avant peut donner jusqu'à 134 ch et 85 Nm..

Ferrari SF90 Stradale, la prova

Curiosité

Sur le plan technique, il y a beaucoup à dire sur la Ferrari SF90 Stradale. Nous avons voulu approfondir avec une interview (vidéo et article) que vous pourrez trouver sur InsideEVs, où nous avons demandé aux techniciens d'expliquer les particularités de ce projet. Et l'une d'entre elles, particulièrement remarquable, est liée à la nécessité de maximiser les performances du moteur électrique arrière en le rendant le plus compact possible, à installer entre le 4.0 bi-turbo essence et la transmission automatique à double embrayage à 8 vitesses.

C'est ainsi que c'est la  première fois au monde qu'une voiture de série est équipée d'un moteur électrique à flux axial. 

Ferrari SF90 Stradale, la prova

Combien elle coûte ?

Contrairement à ses ancêtres - Ferrari 288 GTO (1984), Ferrari F40 (1987), Ferrari F50 (1995), Ferrari Enzo (2002), Ferrari LaFerrari (2013) - le SF90 est produite en série, et le nombre d'exemplaires n'est pas limité. Le prix commence à 430'000 euros, et comptez 480'000 euros pour l'équipement Fiorano, qui a été conçu pour réduire le poids, améliorer l'aérodynamisme et l'assiette afin d'offrir aux clients une variante encore plus performante.

Galerie: Essai Ferrari SF90 Stradale

Ferrari SF90 Stradale

Motorisation V8 4.0 litres bi-turbo
Puissance 780 cv @ 7500 tr/min (lim. 8.000 tr/min)
Couple maximum 800 Nm @ 6000 tr/min
Motor à l'arrière 220 ch - 260 Nm | à l'avant 2x 134 ch - 85 Nm
Batterie 7,9 kWh
Distance en mode électrique 25 km
Type de transmission traction intégrale
Transmission cambio automatico 8 marce doppia frizioneboîte de vitesses automatique à double embrayage à 8 rapports
Longueur 4,71 m
Largeur 1,97 m
Hauteur 1,19 m
Poids 1.570 kg
Volume de coffre 74 litres
0-100 km/h 2,5 secondes (0-200 km/h 6,7 sec)
Vitesse maximum 340 km/h