Essai Bentley Bentayga Diesel - Le plus luxueux des SUV

Lors de sa présentation au Salon de Genève en 2012, le concept Bentley EXP 9 F était loin de faire l'unanimité : alors que le constructeur de Crewe nous avait habitué aux limousines et aux coupés et cabriolets de luxe, ce SUV particulièrement imposant cassait les codes habituels de la marque, avec qui plus est un design clivant. Qu'à cela ne tienne, Bentley a revu sa copie et a lancé l'an dernier la version de série du Bentayga, son premier SUV luxueux et ostentatoire : un pari osé mais qui a su séduire une clientèle en quête d'un véhicule de luxe sortant des sentiers battus.

Aujourd'hui, nous découvrons une alternative un peu plus raisonnable au moteur W12, particulièrement glouton et affiché à 217'300 € : cette fois-ci, le Bentayga se dote d'un V8 diesel qui abaisse le tarif d'entrée à 146'500 €. À l'heure où les véhicules diesel s'apprêtent à être bannis des grandes métropoles européennes, ce choix pourrait s'avérer déraisonnable, mais sa consommation mesurée vous permettra de parcourir de longues distances sans pour autant s'arrêter régulièrement à la pompe... Avant l'arrivée d'une future motorisation hybride, attendue pour l'an prochain !

Un mastodonte imposant et haut perché

Pour son premier SUV, Bentley a osé un design particulièrement massif, avec des dimensions impressionnantes : 5,14 mètres de long sur 2 mètres de large, pour 1,72 mètre de haut. Les codes de la marque britannique sont bien présents, avec notamment des projecteurs avant en deux parties, une calandre rectangulaire chromée dotée d'une imposante grille, sans oublier des hanches marquées qui donnent naissance à la poupe de la voiture, imposante et épurée à la fois.

Les codes des SUV sont présents, avec une garde au sol surélevée, ainsi que ce sabot façon aluminium à l'avant. Plus luxueux que baroudeur, le Bentayga affiche volontiers de nombreux inserts chromés, avec notamment ce logo "B" chromé situé sur les ailes avant, du plus bel effet. Ce n'est pas la Bentley la plus désirable qu'il soit, certes, mais l'objectif de la marque est atteint : ce SUV ne passe pas inaperçu, et fait même tourner les têtes malgré la teinte grise "Tungsten" relativement discrète de notre modèle d'essai.

Essai Bentley Bentayga Diesel 2017

À bord, raffinement et luxe sont au rendez-vous

Si le design extérieur est clivant, l'habitacle met quant à lui tout le monde d'accord : on pénètre à bord du Bentayga dans un univers particulièrement robuste et luxueux, où les matières nobles sont omniprésentes. Le cuir se retrouve littéralement partout, avec sur notre version d'essai une élégante alliance entre le cuir blanc "Portland" et rouge "Fireglow", agrémenté de bois vernis "Dark Fiddleback Eucalyptus" sur la planche de bord, sans oublier les nombreux inserts aluminium et chromés, comme cet habillage de planche de bord en aluminium brossé du plus bel effet.

L'habitacle trahit les gènes de ce Bentayga qui partage sa conception avec l'Audi SQ7 : nous retrouvons notamment les commandes au volant, ainsi que l'ergonomie globale de l'instrumentation, empruntée au SUV allemand. Toutefois, contrairement à celui-ci, la technologie embarquée dans le Bentayga est plus timide, avec un combiné assez classique (pas de Virtual Cockpit au rendez-vous), ainsi qu'un écran tactile dont l'ergonomie semble déjà dater...

On se consolera avec un confort particulièrement soigné, notamment à l'arrière de notre modèle d'essai qui dispose de deux sièges indépendants, réglables électriquement, chauffants, massants, et... Proposés en option à 8675 €. Ils s'accompagnent d'une console centrale dotée de deux accoudoirs pour plus de confort, ainsi que de tablettes façon aviation et de deux écrans tactiles connectés, pour le divertissement des passagers.

Essai Bentley Bentayga Diesel 2017

Un confort et une souplesse de premier ordre

Sous le capot, le Bentayga Diesel emprunte également à l'Audi SQ7 sa motorisation, un V8 TDI bi-turbo de 4,0 litres de cylindrée, développant la bagatelle de 435 chevaux mais surtout un couple généreux de 900 Nm (identique à la version W12), disponibles dès 1000 tr/min ! De quoi assurer des voyages dans la plus grande des sérénités, les accélérations et les relances s'effectuant sans broncher, et ce à tous les régimes, avec une boîte automatique qui sait se faire oublier. Les performances sont quant à elles au rendez-vous pour le segment : le 0 à 100 km/h est avalé en seulement 4,8 secondes, pour une vitesse maximale de 270 km/h.

Toutefois, le Bentayga n'est pas une véritable sportive et s'appréciera bien plus en conduite apaisée, d'autant plus que le freinage a bien du mal à retenir les 2,5 tonnes de l'engin. On pourra également lui reprocher un manque de consistance au niveau de la direction, mais sur la route, avec le mode de conduite le plus polyvalent sobrement dénommé "Bentley", le confort est feutré et les mouvements de caisse sont maîtrisés en virage, malgré un embonpoint indéniable.

L'insonorisation est, quant à elle, irréprochable : rien à bord ne trahira à vos oreilles la présence d'une motorisation diesel sous le capot... Le constat est tout autre une fois à l'extérieur, où la sonorité de ce gros huit cylindres est particulièrement bruyante. Pour les plus aventureux, avec sa transmission intégrale et sa hauteur de suspension réglable, le Bentayga permet même de sortir des sentiers battus, avec plusieurs modes de conduite tout-terrain disponibles d'une simple rotation sur la molette centrale. Toutefois, son terrain de jeu favori restera indéniablement les grands axes autoroutiers.

Essai Bentley Bentayga Diesel 2017

En conclusion

Si sur le papier une Bentley à la fois SUV et diesel semblait être une hérésie, en pratique, ce Bentayga doté du V8 diesel a pour principale force sa sobriété, permettant de parcourir environ 800 km avec un plein, face à un W12 essence particulièrement vorace. Pour le reste, le luxe façon Bentley est bien entendu au rendez-vous, pour avaler les kilomètres dans le plus grand des raffinements.

Au niveau de la consommation, Bentley annonce en moyenne 8,0 litres aux 100 km (soit 210 g/km de CO2, entraînant en France un malus de 10'000 €). En pratique, comptez environ 2 litres de gazole de plus, un chiffre relativement raisonnable compte tenu du poids de l'engin ainsi que de la puissance et de l'agrément offerts par ce généreux V8 diesel de 435 chevaux.

Au niveau des tarifs, il vous faudra compter sur un prix d'entrée de 146'500 € pour acquérir un Bentley Bentayga Diesel 4.0 V8 Diesel 435 BVA8. Notre modèle d'essai, équipé de pas moins de 74'635 € d'options, voit son tarif grimper à 221'135 €... Le prix de l'exclusivité, en somme !

Photos : Tran Ha / Motor1.com

 

 

Points positifs

Points négatifs
Agrément moteur et consommations Moteur bruyant à l'extérieur
Habitacle valorisant et matériaux raffinés Freinage manquant de mordant
Confort soigné Tarif salé
Lire l'essai completVoir moins