Essai DS 3 Crossback (2019) - À géométrie variable

En juin 2019, DS fêtera ses cinq années d'existence à part entière. Cinq ans pour un constructeur automobile, ce n'est aujourd'hui quasiment rien face à plusieurs marques qui affichent des décennies voire même un centenaire, comme c'est le cas cette année de Citroën ou encore de Bentley. Dans le contexte actuel, façonner, créer, fabriquer une marque automobile est un défi colossal où les émissaires d'un tel projet sont quasiment certains d'y laisser quelques plumes, si ce n'est plus. Pour être tout à fait honnête, au vu des nomenclatures actuelles, seule une marque sous perfusion d'un grand groupe, en l'occurrence PSA pour DS, peut espérer pérenniser son avenir.

Aujourd'hui, avec la présentation du nouveau DS 3 Crossback, la jeune marque française nous dévoile son deuxième produit estampillé DS après le DS 7 Crossback. Deux voitures aboutis et d'ores et déjà commercialisés en l'espace de cinq ans, force est de constater que tout va très vite pour DS. Et aller vite, il le faut. Le plan produit est très clair : sept nouveaux modèles d'ici 2024. Mieux encore, pour faire face aux nouvelles normes européennes toujours plus drastiques, d'ici 2025, DS ne présentera plus aucune nouveauté avec un moteur thermique. C'est clair, net et précis, DS, et le groupe PSA d'une manière plus général, sous l'impulsion d'un Carlos Tavares ambitieux, ont clairement pris les devants concernant l'avenir de l'automobile.

Essai DS 3 Crossback 2019
Essai DS 3 Crossback 2019

Néanmoins, nous n'en sommes pas encore là. Même si DS proposera, d'ici ...