Motor1.com a pu tester le nouveau jeu Project CARS 2, et comparer avec la réalité !

G.N., Trappes - En moins de trois ans, Project CARS a su se propulser sur le devant de la scène dans le milieu des jeux vidéos automobiles. A mi-chemin entre simulation et loisir, le titre a su convaincre plus de deux millions de joueurs, aussi bien sur PC, XBox que Playstation. Le deuxième opus, plus complet, plus mature, sortira en septembre prochain.

Lire aussi:

Plateau plus complet

C'est l'une des forces de ce Project CARS 2. Avec plus de 180 voitures au programme, dont de nombreuses Porsche et Ferrari, le jeu s'annonce d'ores et déjà complet. Plusieurs points forts sont à noter : outre les F1, modernes ou classiques, on retrouve un plateau de GT3 extrêmement fourni, sans oublier des autos remarquables, comme les GT1 des 24 Heures du Mans, ou les voitures de rallycross. Autre point fort, la présence de voitures de série. A l'inverse d'un Gran Turismo Sport, Project CARS poursuit avec les voitures sur circuit, en y ajoutant toujours plus d'autos "anciennes", comme la McLaren F1, ou la Ford Escort MKI.

Masse de supercars

Les amateurs de supercars vont être servis. La variété de voitures ultra-performantes est intéressante. Outre la Porsche 918 Spyder ou 911 GT3 RS, on retrouve pléthore de Ferrari, de McLaren, de Pagani ou autres BAC Mono, Ford GT et Radical SR3. Sans oublier des voitures plus abordables, à l'image de la Renault Mégane III R.S. ou la Mercedes Classe A45 AMG.

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !

Abordable

Bien sûr, les amateurs de simulation pure et dure préféreront un Assetto Corsa bien plus précis, proche de la réalité, mais pour le joueur occasionnel, le titre est agréable, offrant un plateau varié, et des comportements différents. Sur la version testée, quelques set-up restaient à peaufiner, notamment sur le rallycross, où les voitures manquent d'explosivité. Néanmoins, les surprises sont très bonnes, à l'image des Groupe C, des GT1, ainsi que du panel de circuits, qui vous permet de rouler à Lohéac, au Bugatti, au Nürburgring, ou même, feu Rouen-les-Essarts.

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !

La prise en main est simple, l'ambiance est bonne, avec un bel effort sur le son des voitures, le comportement des autos plutôt plaisant, et les sensations avec volant plutôt agréable. Bref, un bon jeu de course automobile, à mi-chemin entre un Forza et un Assetto Corsa : ni trop complexe, ni trop simple. Seul vrai défaut, l'IA, parfois incompréhensible. Un défaut ressenti dans le premier opus cependant.

Et sur la piste ?

Toute l'expérience de cette présentation résidait dans le passage du virtuel à la réalité. Ainsi, une Ford Escort Mexico, une Porsche 911 GT3 RS, une Mercedes AMG GT et une Renault Mégane R.S. étaient à disposition sur le circuit de Trappes. Un circuit au tracé assez simple, mêlant longues courbes, lignes droites et chicanes. L'idée était de retrouver des sensations de la réalité dans le jeu, et c'est plutôt bien fait, même si rien ne remplace une session en réel sur circuit. Ainsi, les caractères des voitures se retrouvent dans l'ensemble, même si, évidemment, le pilotage d'une voiture dans le réel se révèle bien plus pointu, risqué, et probablement moins constant.

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !

Usure en moins, et aléatoire de la mécanique mis de côté, on retrouve ainsi la sensation de légèreté au volant de la Ford Escort MKI de 1973, perçue sur le jeu vidéo. Le caractère très joueur de la Renault Mégane R.S. est aussi ressenti, même si dans le jeu, la voiture se veut plus baladeuse. Probablement car l'on prend plus de risques, mais pour augmenter le plaisir aussi. Même constat dans la Mercedes, avec son caractère spécial : propulsion à moteur, pratiquement central, mais voiture également plus lourde que les autres, demandant plus de finesse.

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !
Project Cars 2 - Réalité et virtuel !

Enfin, la voiture la plus efficace demeure la Porsche 911 GT3 RS. Ici, on passe dans un autre monde, et si la voiture dans la réalité se veut bestiale, très efficace sur les freins, bien équilibrée en dépit de son flat 6 en porte-à-faux, l'ensemble des sensations se retrouve généralement dans celle du jeu. L'impression d'être dans une essoreuse en moins ! 

Conclusion

Project CARS 2 est très attendu, à juste titre, pour cette rentrée. Réussi graphiquement, probablement bien optimisé, comme le premier opus, il va ravir les amateurs d'automobiles, et peut-être attirer certains amateurs de Forza déçus par le comportement trop ludique des voitures, ou de Gran Turismo, peu intéressés par la course automobile pure et dure. Quelques détails restent à régler, mais le jeu s'annonce comme une belle réussite ! Affaire à suivre, en septembre !

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !

Project Cars 2 - Réalité et virtuel !