Petit à petit, après son titre décroché à Mexico, le pilote britannique commence à mesurer l'ampleur de son palmarès en Formule 1.

Après l'émotion qui l'a gagné en descendant de sa monoplace, Lewis Hamilton a pu commencer à réaliser. Déjà dans la cour des grands, le Britannique y est entré un peu plus ce dimanche à Mexico en décrochant son quatrième titre mondial. Le voici désormais l'égal de son rival cette année, Sebastian Vettel, ainsi que d'Alain Prost. 

Et pourtant, le pilote Mercedes a vécu une course rendue délicate par un départ chaotique, où le carbone a volé ! Au prix d'une difficile remontée jusqu'à la neuvième place, la récompense est finalement arrivée. "C'est une façon horrible de le faire ! Mais qu'y puis-je ?" admet Lewis Hamilton, bien que le plus heureux des hommes dans le paddock de Mexico. "Je vous ai dit que je n'allais pas y aller mollo au premier virage. Je n'ai pas été trop agressif, j'ai placé ma voiture dans une position parfaite, j'ai laissé beaucoup de place à la voiture derrière. Still I Rise (sic) ! Un grand merci à toute l'équipe, c'était déjà exceptionnel de remporter le titre constructeurs. Je suis très reconnaissant."

Si ce titre lui semblait promis avant cette course tant l'écart au championnat était conséquent, l'homme du jour n'oublie pas celui qui, dans sa Ferrari, lui a donné du fil à retordre : un certain Sebastian Vettel. "Un Champion du monde méritant et un compétiteur, quelqu'un que j'estime en tant que champion, malgré ce qui a pu se passer tout au long de l'année", assure Hamilton. "Même aujourd'hui, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, je l'estime encore énormément, comme un pilote exceptionnel, et ça rend même meilleur le sentiment de gagner contre quelqu'un d'aussi grand."

Un rêve éveillé

L'heure n'est pas encore à la prise de recul pour celui qui a récupéré son bien, abandonné l'an dernier, la mort dans l'âme, à son ancien coéquipier Nico Rosberg. Néanmoins, le chemin parcouru et les records brisés les uns après les autres permettent déjà de mesurer l'ampleur des ambitions satisfaites. 

"J'ai essayé de ne rien laisser au hasard, et c'est la philosophie de toute l'équipe", insiste Hamilton. "J'ai essayé d'élever le niveau. Aujourd'hui, c'était horrible, j'étais dans un no man's land, je ne savais pas ce qui allait arriver pour le championnat, je ne pensais qu'à remonter. C'est un circuit très difficile pour suivre les autres voitures, peut-être même le pire ! Mes sentiments sont mitigés."

"Il faut que je prenne les choses au jour le jour, mais je suis très content de ce quatrième titre. Il va me falloir du temps pour y penser. Je suis content du drapeau [britannique] et de tous ceux qu'il représente. Je vais continuer à faire honneur à ses couleurs du mieux possible."

"L'autre jour, je me rappelais mon enfance à Stevenage, je regardais la télé et je rêvais d'être en Formule 1. Vingt-cinq ans plus tard, je suis là et je suis quadruple Champion du monde. Un grand merci aux fans. Merci pour vos messages. Vous m'avez inspiré, tout comme vous dites parfois que je vous inspire. N'abandonnez jamais, je pense avoir prouvé pourquoi. Je n'ai jamais abandonné."

Source: Motorsport.com

Lewis Hamilton, Champion du Monde de F1 2017