De quoi investir dans des appareils supplémentaires...

Si l'augmentation des recettes liées aux radars fixes est déjà constatée cette année, et notamment avec la hausse du nombre de flashs depuis le passage de la loi 80 km/h, il semblerait que le gouvernement envisage que ces recettes augmentent encore l'année prochaine, avec une hausse prévue de 12% sur l'ensemble de l'année 2019.

Lire aussi

Ces prévisions sont effectuées par rapport aux prévisions pour 2018, qui sont plutôt fiables puisque l'année est aux trois quarts écoulée, et il se pourrait que le montant cumulé des amendes pour excès de vitesse dépasse le milliard d'euros l'an prochain. En l'occurrence, le chiffre pourrait atteindre 1,23 milliard d'euros, ce qui représente une hausse de 50% depuis 2016.

Sans surprise, c'est la loi des 80 km/h qui devrait rapporter gros, puisque 50% de cette augmentation est envisagée sur le réseau qui sera justement limité à 80 au lieu de 90 km/h. Dès lors, difficile d'imaginer comment l'État ne prévoit de retirer "seulement" 26 millions d'euros à reverser dans la modernisation et la rénovation des hôpitaux, puisque c'est l'un des objectifs collatéraux de cette loi.

Cela ne va pas empêcher le gouvernement de continuer à investir massivement dans les radars, puisque des appareils mobiles vont petit à petit prendre la place des radars fixes, notamment aux abords des zones de chantiers, mais aussi dans les voitures radars. Ce sont au total 4700 appareils qui seront répertoriés en France en fin d'année prochaine. Paradoxalement, une étude révèle que malgré l'augmentation drastique des flashs et des contraventions, les vitesses moyennes relevées sur l'ensemble du réseau routier n'ont pas baissé.

 

Notre présentation du DS 3 Crossback au Mondial de l'Automobile