Nous avons roulé à bord de la supercar des années 90 sur le circuit historique de Campogalliano.

Note : N'hésitez pas à activer les sous-titres français dans la vidéo ci-dessus.

Ce n'est pas tous les jours que nous avons la chance de monter à bord d'une Bugatti. Ce sont des voitures dont le prix s'élève à plusieurs millions d'euros, et qui sont produites à moins de 1000 exemplaires dans le monde (450 pour la Veyron et 500 unités pour la Chiron). 

Mais il est encore plus difficile de se retrouver à bord d'une Bugatti des années 90, la légendaire EB110 Made in Campogalliano, construite en seulement 127 exemplaires. C'est une supercar emblématique qui a marqué l'histoire de la marque française.

Cette voiture n'était qu'un rêve pour moi, un modèle réduit à l'échelle 1:18 a orné mon bureau pendant près de 10 ans. Aujourd'hui, mon rêve se réalise : celui de faire un tour à bord de cette supercar, même du côté passager, avec Loris Bicocchi au volant ; l'homme qui a développé l'EB110 sur la route comme sur la piste.

Une machine à remonter le temps

Le cockpit n'est pas celui des Bugatti que nous connaissons aujourd'hui, il faut dire que plus de 25 années se sont écoulées. De plus, cette voiture était préparée pour participer aux 24 Heures du Mans. Elle est basée sur la SS, qui développait 610 ch pour 650 Nm de couple grâce à son moteur V12.

C'est un moteur assez incroyable pour l'époque, et même pour aujourd'hui, puisque les accélérations vous scotchent au siège et provoquent une montée d'adrénaline quasi-instantanée. Le son du V12 et des échappements rappelle celui d'un avion sur le point de décoller, et puis ce sifflement... L'asphalte sur lequel nous avons roulé n'était pas en bon état, il y avait de la broussaille et des cailloux sur notre chemin. Mais peu importe, Loris était serein, et il en faut peu pour que les souvenirs du passé resurgissent.

C'est une machine à remonter le temps, il y a de l'émotion à chaque virage, à chaque pression sur l'accélérateur et à chaque freinage. On dirait un remake de Back to the Future, avec moi jouant le rôle de Marty et Loris celui de Doc.

Bugatti EB110, la leggenda

Un amour qui transcende le temps

Ces pensées se reflètent sur les murs de la "Fabbrica Blu", la maison de l'EB110 créée à partir d'une feuille blanche à la demande de Romano Artioli. C'est ici qu'est née la voiture qui a marqué le retour d'un nom mythique, célébrant le 110e anniversaire de la naissance de son fondateur Ettore.

L'EB110 est de retour sur la piste qui l'a vu faire ses premiers pas et partir à la conquête du monde.

"C'est l'une des voitures que j'aimais le plus. Je ne pense pas que je vais pouvoir m'endormir rapidement ce soir", m'a avoué Loris à la fin de la visite de l'usine. Je ne sais pas si c'était le cas pour lui, mais je peux vous dire que cette nuit-là, mon sommeil a été chassé par le souffle glorieux des quatre turbocompresseurs.

Galerie: Bugatti EB110 1993