Bonne nouvelle pour les clients : il ne s'agit pas d'une série spéciale.

Deux Ferrari présentées la même journée, c'est évidemment une bonne journée pour tous les fans d'automobile. En effet, après la Ferrari F8 Spider, place à la 812 GTS, dérivé de la 812 Superfast. Si certains vont la qualifier de Cabriolet, disons qu'il s'agit plutôt d'une sorte de Targa, un modèle qui marque d'ailleurs le retour de l'appellation GTS (pour Gran Turismo Scoperta) que nous n'avions plus vue sur une Targa depuis les années 90. Les clients désireux de s'offrir cette nouvelle 812 GTS ne devraient pas rencontrer trop de soucis particuliers pour se la procurer puisque, contrairement aux F60 America, 550 Barchetta Pininfarina et autres 599 SA Aperta, la 812 GTS n'est pas une série spéciale. Elle vient s'immiscer directement dans la gamme du constructeur italien. Pour la petite histoire, il faut remonter à 1969 et à la 365 GTS/4 − plus connue sous la désignation Daytona Spider − pour trouver le dernier Spider V12 de série.

Targa sans vraiment l'être

La nouvelle venue de chez Ferrari ne reprend toutefois pas forcément le concept de Targa avec son toit rigide se repliant en 14 secondes et jusqu'à 45 km/h. Disons que la forme globale fait penser à une version Targa, mais ça s'arrête là. On remarque notamment quelques appendices spécifiques avec un compartiment arrière totalement redessiné par rapport à la 812 Superfast, des appuie-têtes carénés ou encore la suppression de quelques prises d'air à l'arrière. Les ingénieurs ont néanmoins ajouté une aile triplane au niveau du diffuseur pour récupérer l'appui perdu via l'effet de sol. Ces derniers ont du également ruser pour limiter les turbulences aérodynamiques et rouler à ciel ouvert le plus confortablement possible. Nous pouvons, par exemple, noter la présence de reliefs situés aux coins supérieurs du pare-brise permettant de générer des vortex afin de limiter les turbulences. Avec le mécanisme de toit, la 812 GTS perd un peu de volume de coffre avec 250 litres en lieu et place des 320 disponibles sur la 812 Superfast. À la question : "Est-ce que cela risque de rebuter certains clients ?", la réponse est non.

La mélodie du bonheur

Sous le capot avant, nous retrouvons le fabuleux V12 6,5 litres atmosphérique développant 800 chevaux à 8500 tr/min et 718 Nm de couple à 7000 tr/min. Le moteur est associé à une boîte robotisée à double embrayage à sept rapports. Concernant les performances, elles sont sensiblement équivalentes à celles d'une 812 Superfast avec un 0 à 100 km/h abattu en moins de 3 secondes, un 0 à 200 km/h en 8,3 secondes et une vitesse maximale de 340 km/h. La 812 GTS prend néanmoins 75 kilos sur la balance, essentiellement à cause du mécanisme de toit et aux renforts de la structure. Elle revendique maintenant 1600 kilos à vide avec une répartition des masses de 47 % à l'avant et 53 % à l'arrière. On retrouve également beaucoup de technologies déjà présentes sur la Superfast avec les roues arrière directrices ou encore les suspensions pilotées.

Plus de 400'000 euros ?

Les premières livraisons de la Ferrari 812 GTS interviendront dès le début de l'année prochaine. Si la 812 Superfast débute, en France, aux alentours de 300'000 euros, il va falloir compter au moins 400'000 euros pour cette 812 GTS. Une coquette somme pour cette concurrente toute désignée de l'Aston Martin DBS Superleggera Volante, un autre Cabriolet prestigieux et sportif disponible avec un V12. À ceci près que l'Anglaise embarque un V12 5,2 litres bi-turbo qui bénéficie de 75 chevaux de moins mais 182 Nm de plus. Faîtes votre choix !

Galerie: Ferrari 812 GTS (2019)