D'après les dires du directeur de la marque italienne, le groupe Fiat Chrysler travaillerait sur un système de conduite autonome sur la nouvelle Giulia.

Reportée de plusieurs mois, la commercialisation de la nouvelle Giulia est pour la rentrée prochaine, et les inconditionnels de la marque au Trèfle pourront bénéficier des trois offres de motorisation de son moteur 2,2 litres diesel en versions 136, 150 ou 180 chevaux, mais aussi de de sa version radicale Quadrifoglio, et ses quelques 510 chevaux sous le capot.

Si Alfa Romeo rime avec plaisir de conduire, on pourrait bien assister, dans quelques années, à l'apparition de systèmes de conduite autonome sur ce modèle phare du catalogue du constructeur, inspiré par le système Autopilot de Tesla.

Harald Wester, le directeur de la marque, a en effet confié au magazine Autocar que Fiat Chrysler envisageait d'introduire la conduite autonome sur la Giulia d'ici quelques années, probablement au moment du restylage de la version lancée en 2016, soit d'ici 2020.

Si les puristes crieront au scandale, Wester tiens à rassurer, et à préciser que plaisir de conduite et autonomie ne sont pas incompatibles, bien au contraire. "Si les voitures autonomes font leur arrivée, les gens apprécieront d'autant plus les sensations derrière le volant", argumente-t-il. "Il est donc plus important que jamais de développer des voitures qui suscitent de l'émotion lorsque vous les conduisez."

D'abord intégré sur la Giulia, le système de conduite autonome Fiat Chrysler fera son arrivée sur d'autres véhicules Alfa par la suite.

L'Alfa Romeo Giulia & Giulia Ti en route pour New York