Avant la Ferrari Testarossa, il y avait la 512 BB. Lancée en 1973, elle fut la première voiture de la marque au cheval cabré, de route, à disposer d'une configuration à moteur central. Elle avait également la particularité de remplacer l'emblématique Daytona, et en acheter une en excellent état, aujourd'hui, vous coûterait entre 250 000 et 300 000 €.

L'exemplaire présent, dans la vidéo ci-dessous, date de 1980, mais il n'est pas en excellent état. Cependant, après avoir été laissée de côté durant 28 ans, la Ferrari fait enfin un pas dans la bonne direction.

Retrouver sa gloire d'antan

Cette 512 BB est à l'origine du dernier projet de l'équipe WD Detailing sur YouTube, et nous mentirions si nous disions que nous n'étions pas un peu jaloux. Nettoyer des voitures vraiment sales peut être une corvée, mais mettre la main sur une 512 BB n'est pas quelque chose qui arrive tous les jours. Seulement 2 323 exemplaires ont été construits et aucun n’a été vendu, à l’origine, aux États-Unis, ce qui signifie qu’il s’agit d'une voiture particulièrement rare. La 512 BB a parcouru 31 075 km, mais aucun d’entre eux n’a été parcouru au 21e siècle. Elle est en effet stationnée depuis 1996 !

Selon la vidéo, le propriétaire actuel a acheté cette Ferrari lors d'une vente aux enchères, en Géorgie, avec une Lamborghini Miura. Il a profité un peu de la 512, puis la vie et ses obligations familiales l'ont poussé à ne plus se préoccuper de sa voiture. Les mois sont devenus des années, puis des décennies et ce n'est pas la première fois que nous entendons une telle histoire.

Le temps a fait des dégâts

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était temps de venir en aide à la Ferrari qui était infestée de souris, comme en témoigne le nid massif trouvé dans le moteur 12 cylindres à plat de 5,0 litres. L'intérieur était également rempli de crottes de rongeurs et de moisissures. 

Ferrari 512 BB

Mais finalement, après des journées de travail qui sont condensées dans cette vidéo de 37 minutes, et nous avons droit à une Ferrari magnifique et au rouge étincelant à la fin. La peinture a été polie, en une seule étape, jusqu'à obtenir un éclat brillant, et bien que l'intérieur beige montre quelques signes liés à l'âge, il est néanmoins redevenu propre.

Il n’y a eu aucune tentative pour allumer le moteur mais cela viendra après une visite bien méritée chez un mécanicien. Mais cette Ferrari est en bonne voie de caracoler sur l’autoroute après un très long sommeil.