Essai Renault Kadjar (2019) - Garder la tête haute

Le segment C des SUV est aujourd'hui certainement l'un des plus concurrentiels. Citroën C5 Aircross, Peugeot 3008, Volkswagen Tiguan, Dacia Duster, Opel Crossland X, SEAT Ateca, Nissan Qashqai... Ils sont nombreux et espèrent bien évidemment tous rafler la première place de cette mine d'or pour les constructeurs. Apparu en 2015, le Kadjar a connu un succès grandissant avec pas moins de 450'000 ventes à travers le monde. En France, sur les onze premiers mois de l'année, le Kadjar s'est écoulé à 25'021 unités. C'est bien loin des 79'164 Peugeot 3008 écoulés et des 43'795 Dacia Duster qui ont trouvé preneur. Le SUV au Losange occupe donc la troisième place sur ce segment en France, mais demeure toutefois bien éloigné de ses deux concurrents. Logique cela dit puisque les Peugeot 3008 et Dacia Duster sont bien plus récents. Au milieu de sa carrière, Renault offre donc un premier restylage à son Kadjar permettant ainsi de revoir entièrement sa gamme de motorisations et de lui apporter quelques retouches esthétiques. Suffisant pour faire face à ses deux principaux rivaux et au nouveau Citroën C5 Aircross qui vient d'arriver sur le marché ?

Essai Renault Kadjar 2019

Service minimum

Comme à chaque restylage, et ce n'est pas propre à Renault seulement, les constructeurs ont tendance à revoir de manière assez subtile l'esthétique et l'habitacle de leur voiture. Pour le Kadjar, cela se traduit par l'arrivée d'une calandre plus large, d'un bouclier avant légèrement revu, de clignotants et d'optiques arrière à LED...