Essai Tesla Model 3 Performance - S3X à piles *

2 ans. 10 mois. 11 jours. C’est très exactement le temps qu’il nous aura fallu entre la présentation en grande pompe de la "petite" et "abordable" Tesla, c’était un 31 mars 2016 du côté de Palo Alto (le 1er avril chez nous), et le moment où finalement on aura pu se mettre à son volant. Sans doute l’une des gestations automobiles parmi les plus longues qu’il nous ait été donné de subir.

Pour rappel, et pour expliquer un titre qui ne parlera peut-être pas à ceux qui sont étrangers à l'univers Tesla, la Tesla Model 3 devait s'appeler Model E. Mais Ford possédant les droits d'utilisation de cette appellation, Elon Musk a décidé de l'appeler Model 3, en le stylisant ainsi : Model ☰. Le but ? Former l'acronyme S☰XY, ou S3XY, avec l'ajout des autres noms de modèles de la gamme, le prochain étant le Model Y.

Si l’impatience de monter dans cette Tesla Model 3, censée rendre plus accessible la vision geeko-sexy de la voiture électrique d’Elon Musk était palpable, que dire alors des clients qui par dizaines de milliers avaient passé précommande de cette Tesla Model 3 ! Certes aux États-Unis, les premiers clients ont déjà été servis il y a près d’un an.

Voici qu’à quelques jours seulement des premières livraisons aux premiers clients français, nous avons pu tester la voiture électrique la plus vendue au monde en 2018 pendant quelques heures. Suffisant pour nous rassurer au moins sur un point : c’est bien une Tesla !

Essai Tesla Model 3 Performance

Seule option, la couleur !

En près de trois ans, on a eu le temps de...