Pas d'images chocs, simplement des mots.

Parfois des images valent plus que des mots. Parfois des mots valent plus que des images. Aujourd'hui ce sont les mots qui priment, d'autant plus quand ils sortent de la bouche des hommes et femmes de la gendarmerie, toujours de front face aux drames de la route. Ce court-métrage met en avant quatre gendarmes, trois hommes et une femme expliquant le moment où ils doivent annoncer le décès d'une personne à leur famille. Au-delà des mots, c'est aussi par leur expression faciale qu'ils s'expriment, montrant parfois la difficulté de leur travail qui va bien au-delà de la répression.

Lire aussi :

"Nous sommes les messagers de l'horreur", voilà comment ils se décrivent dans ces moment précis, là où ils débarquent chez les gens, à la vie souvent paisible, pour leur annoncer un drame qui bouleversera à jamais leur existence. C'est la première fois en France qu'une campagne de la sécurité routière fait l'objet d'un film. Celui-ci sera diffusé dans près d'un millier de salles de cinéma jusqu'à la fin du mois de février.

Le lancement de cette campagne survient une nouvelle fois à la hausse de la mortalité sur les routes en janvier, qui fait suite à trois années consécutives de hausses. Si la répression peine toujours à faire ses preuves malgré l'installation et l'arrivée de nouveaux types de radars, peut-être qu'une ou plusieurs campagnes liées à la sensibilisation changeront la donne.