Toujours aussi belle, toujours aussi jeune !

L'histoire des Flèches d'argent remonte à un Grand Prix de Montlhéry, en 1934. À une époque où l'on ne voulait pas que les voitures soient trop lourdes (vous avez bien lu), les Mercedes de Grand Prix, pour leur première en course, l'étaient justement. Alfred Neubauer, directeur de l'équipe, avait alors eu l'idée de poncer la peinture blanche de ces dernières, pour récupérer les quelques kilos en trop. De fait, les Mercedes étaient légales, et le métal de la carrosserie, désormais à nu, offrait à ces autos, cette teinte argentée légendaire.

Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes-Benz 300 SL Roadster

Après-guerre, Neubauer était toujours là, l'argent des Mercedes aussi, et un programme pour s'imposer au Mans. Ainsi naissait la légendaire Mercedes 300 SL, la fameuse supersportive allemande qui remportera Le Mans en 1952 et marquera les esprits avec ses portes papillon. Deux ans plus tard, une version de série de cette 300 SL était mise en production. Puis trois années plus tard, en 1957, une version roadster était présentée.

Lire aussi :

C'est cette auto qui a les faveurs de Mercedes et de nos lignes aujourd'hui. Avouons-le, à 60 ans, nous aimerions paraître aussi jeunes que cette 300 SL Roadster. D'une part, l'auto présente, pour l'époque, une avancée technologique remarquable, celle de l'injection d'essence, qui lui permet de se passer de carburateurs. Ainsi, le six cylindres en ligne développe non plus 110 chevaux dans sa version à carburateurs, mais le double, avec près de 215 unités à faire valoir, et une pointe de vitesse à plus de 225 km/h, un bel exploit pour l'époque. L'auto possède également un poids mesuré de 1290 kg, grâce à l'utilisation de l'aluminium.

Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster
Mercedes 300 SL Roadster

Le vrai défi de cette 300 SL roadster était cependant de transformer le coupé en version roadster tout en gardant la rigidité de la version coupé. De fait, la voiture a été entièrement redessinée, notamment sur les flancs. Ainsi, la voiture recevait des portes à ouverture latérale. De même les essieux ont été modifiés, ainsi que les suspensions, libérant de l'espace à l'arrière.

À l'origine, la 300 SL n'était disponible qu'avec la capote en toile. Le hard top n'arrivera qu'en 1959. Enfin, pour mieux la différencier de la version coupé, la 300 SL a reçu également des feux spécifiques à l'avant. Au final, 1858 SL roadster ont été produites jusqu'en 1963. Aujourd'hui cependant, il faut sortir un bon million d'euro pour en posséder une. Mais que voulez-vous, la prestance et l'expérience ne s'achètent pas !

Lire aussi :

1957 - Mercedes-Benz 300 SL Roadster