Les Lotus électriques et le SUV arrivent...

"Light is right", vraiment ? On pourrait se poser la question au vu de la politique qu'est en train de prendre Lotus suite à son rachat par le chinois Geely. Après un entretien avec nos confrères de chez Top Gear, Jean-Marc Gales, le PDG de la marque anglaise, s'est confié sur l'avenir de Lotus et le futur de la gamme. Comme nous vous l'annoncions, Lotus prépare bel et bien un SUV, une voiture pourtant aux antipodes de la philosophie du constructeur. Celui-ci s'inscrit dans un plan stratégique sur dix ans qui nous sera révélé dès l'année prochaine.

Lotus SUV leaked patent images
Lotus SUV leaked patent images

Outre le SUV − qui sera surtout destiné au marché chinois − Lotus fera son arrivée dans le domaine du tout électrique. Logique après tout puisque le géant chinois Geely, également propriétaire de Volvo et de Polestar, mise beaucoup sur cette énergie. Le plan qui nous sera révélé l'année prochaine devrait également comprendre l'électrification d'une majeure partie de la gamme. Mais comment concilier électrique et voitures de sport au vu du poids des batteries ? Après tout, aux dires de Jean-Marc Gales, Lotus restera une marque sportive qui ne reniera pas non plus sa vocation à concevoir des voitures légères.

"Nous fabriquerons toujours des voitures de sport", assure Jean-Marc Gales. "Nous fabriquons les voitures de sport les plus agiles, les plus légères. Mais nous devons nous adapter aux nouvelles homologations. Les voitures de sport que nous montrerons dans les trois prochaines années seront différentes de celles que nous construisons maintenant."

Lire aussi :

En 2020, le patron de chez Lotus nous assure de gros changements avec l'arrivée d'un important renouvellement de la gamme dont l'introduction de la nouvelle Elise. "Ce sera certainement différent. Mais nous serons toujours la référence en matière de légèreté, d'aérodynamique et de maniabilité", précise Jean-Marc Gales. "Geely possède la technologie dont nous avons besoin pour l'avenir, ils ont l'argent, mais ils respectent aussi notre marque. Ils savent que Lotus doit rester Lotus. Nous serons toujours des voitures de sport, elles sont si importantes pour nous, elles font partie de notre ADN."

Après être revenu dans le vert, Lotus ne se voile néanmoins pas la face pour les trois prochaines années. Même si l'année prochaine la marque atteindra les 100'000 ventes totales depuis sa création, Lotus restera aux environs de 1500 à 1600 ventes par an jusqu'à la fin de la décennie. Pour que ça change, Lotus a besoin de nouvelles voitures et non de multiples déclinaisons de modèles déjà existants, même si pour le moment cela semble bien fonctionner.

Source : Top Gear