On l'appelle déjà la vignette "nid-de-poule" !

Dans son édition de ce lundi 18 décembre 2017, Le Parisien révèle qu'un comité d'experts, missionné par le ministère des Transports aurait été chargé de plancher sur un projet qui ne fera pas plaisir aux automobilistes. On parle en effet d'une nouvelle vignette automobile, payante évidemment, qui permettrait de financer l'entretien de nos routes. C'est en tout cas une des pistes voquées dans un rapport qui devrait être pris au gouvernement en janvier 2018.

Lire aussi:

Il n'aura cependant pas fallu longtemps pour que la ministre des Transports en personne, Elisabeth Borne, désamorce le début de polémique, en démentant l'information. "De très nombreuses propositions sont formulées dans le cadre des Assises nationales de la mobilité par de très nombreux acteurs, qui n’engagent pas le gouvernement" a-t-elle expliqué. Il n'empêche qu'il s'agit quand même d'une hypothèse envisageable, bien qu'effectivement pas encore adoptée.

Pour en revenir à cette possibilité qu'une vignette soit proposée aux automobilistes afin de financer l'entretien du réseau routier, toujours selon Le Parisien, il faudrait débourser entre 75 et 125 euros par véhicule, 40 millions de voitures sont en circulation dans l'Hexagone, pour atteindre les 3 à 5 milliards d'euros nécessaires.

Lire aussi:

Depuis quelques années, l'état des routes en France serait en chute libre. Premier au niveau mondial il y a quelques années, nous serions désormais en septième position. Ce serait notamment dû à la baisse des crédits d'entretien et du désengagement de l'État.

D'autres pistes que cette vignette sont évoquées par le comité d'experts. On parle notamment de l'augmentation de la taxe sur l'essence ou la facturation au kilomètre de la circulation des camions... et des voitures !

 
Source: Le Parisien