La capitale hollandaise suit le mouvement déjà orchestré par Paris, Londres ou encore Oslo.

Comme Paris, Londres et plusieurs autres capitales européennes, Amsterdam vient d'annoncer le bannissement des moteurs thermiques d'ici 2030. La capitale hollandaise ne fait pas dans la dentelle puisque, dès 2022, les bus devront s'y convertir avant une interdiction totale des véhicules thermiques en 2030. Plus aucun moyen de transport essence ou diesel ne circulera au sein des rues d'Amsterdam. La ville étant composée de nombreux canaux, les bateaux seront également concernés.

Même si une consultation publique auprès des habitants aura lieu d'ici quelques semaines, le "prochain Amsterdam" semble d'ores et déjà bien dessiné. Cette interdiction définitive sera amenée de manière progressive avec, comme énoncé plus haut, d'ici 2022, l'interdiction aux bus thermiques de circuler. La zone de restriction de circulation sera peu à peu élargie pour les véhicules thermiques. En 2025, ce sera au tour des deux-roues d'être interdits au sein de la Venise hollandaise. Entre 2025 et 2030, c'est une autre étape du projet qui entrera en jeu avec un bannissement des camionnettes, taxis et camions, mais aussi des bateaux de plaisance et de transport en commun à moteur thermique.

Les habitants sont d'ores et déjà invités à s'y préparer. Pour cela, l'échevin de la commune d'Amsterdam, Sharon Dijksma, a annoncé qu'il y aura des aides de la ville et du pays pour que les automobilistes puissent faire la transition entre leur actuel véhicule thermique et leur future voiture zéro émission. "Nous constatons que les habitants d'Amsterdam vivent un an de moins à cause de la pollution atmosphérique et c'est pourquoi nous devons agir pour rendre l'air plus pur", a déclaré Sharon Dijksma. En attendant, reste à savoir si le projet sera viable puisque, selon les estimations, la ville aurait besoin de 16'000 à 23'000 bornes de recharge, d’ici 2025. Pour le moment, il y a actuellement 3000 bornes de recharge au sein de la capitale hollandaise.

'