Cette voiture et cette histoire, nous les devons à Ferdinand Karl Piëch.

Bugatti est un prestigieux constructeur automobile. Son histoire est singulière et différente de celle des autres fabricants. Il a un glorieux passé, perturbé par des turbulences, avant d'être sauvé de la noyade par le Groupe Volkswagen. C'est en 1998 que le groupe allemand décide de racheter la marque française. Des années plus tard, Bugatti commercialise son premier modèle sous l'empire Volkswagen : la Bugatti Veyron 16:4.

Vous êtes peu nombreux à connaître l'histoire de la Veyron qui a surpris à l'époque plus d'une personne avec sa puissance phénoménale de 1001 ch. En ces temps tumultueux, la firme alsacienne a décidé de revenir sur la genèse de son hypercar qui fête ses 15 ans cette année. Alors asseyez-vous confortablement, savourez votre boisson, nous allons vous raconter l'incroyable histoire de la Veyron.  

La naissance d'une hypercar

Avant que la Bugatti Veyron 16:4 ne voie le jour, le constructeur a travaillé sur plusieurs prototypes. Mais avant d'en arriver là, nous allons remonter le temps pour comprendre ce qui a motivé le Groupe Volkswagen à racheter Bugatti et de dépenser des millions d'euros pour développer cette voiture hors normes. Car oui, si le groupe allemand n'avait pas racheté la marque d'Ettore Bugatti, il n'y aurait certainement pas de Bugatti Veyron 16:4, et encore moins de Bugatti Chiron

Histoire Bugatti Veyron
L'esquisse du moteur de 18 cylindres de Piech.

Nous sommes en 1997 et lors d'un voyage entre Tokyo et Nagoya (Japon) en Shinkensen, le TGV nippon, Ferdinand Karl Piëch (président du Directoire et du Conseil de surveillance de Volkswagen) s'ennuyait peut-être un peu. Il prend alors un bout de papier (voir image ci-dessus) et imagine un moteur atmosphérique hyper puissant composé de 18 cylindres. L'idée paraît brillante et réalisable, Piëch va alors rechercher une marque qui sera à la hauteur de son noble moteur. Il pense à Bentley et à Rolls-Royce, mais en 1998, le Groupe BMW va acquérir le droit de ses deux marques. Il continue ses recherches et il va penser à Bugatti grâce à son fils qui lors des vacances de Pâques en 1998, le supplie de lui acheter une miniature de la Bugatti Type 57 SC Atlantic.

Les prototypes

Histoire Bugatti Veyron
EB 118
Histoire Bugatti Veyron
EB 218

Eurêka ! Piëch sait où s'orienter et va demander à ses collaborateurs de négocier pour avoir les droits de propriété. Le Groupe Volkswagen réussit, et à partir de là, Piëch va exaucer son souhait : celui de produire une voiture hyper puissante qui marquera la planète automobile. Quelques mois plus tard apparaît la Bugatti EB 118 (voir ci-dessus). Ce prototype n'avait rien à voir avec la Veyron que nous connaissons aujourd'hui. Son design était à des années-lumière du produit final. Un an plus tard, en 1999, Bugatti va peaufiner son prototype et présente l'EB 218 à Genève. Il faudra attendre l'EB 18/3 Chiron qui sera présentée la même année à Francfort pour que le prototype ressemble enfin à la Veyron. D'ailleurs, vous remarquerez que le nom Chiron est apparu avant le nom Veyron !

Histoire Bugatti Veyron
EB 18/3 Chiron
Histoire Bugatti Veyron
EB 18/4 Veyron

Quelques mois plus tard, au Salon de Tokyo, Bugatti dévoile l'EB 18/4 Veyron qui préfigure clairement le style de la Veyron de série. De plus, à cette époque déjà, le constructeur annonçait que sa voiture aura des performances de folie. C'est exactement ce qui va se passer, mais avant de sauter dans le grand bain, Bugatti va présenter une dernière étude à Paris : la Bugatti EB 16:4 Veyron. Ce prototype a un style similaire du modèle de série, entre-temps, son moteur a perdu deux cylindres en passant de 18 à 16. En diminuant le nombre de cylindres, les ingénieurs de l'époque voulaient que le moteur soit plus compact de telle sorte qu'ils puissent y greffer des turbos.

Le modèle final

Histoire Bugatti Veyron
Bugatti EB 16:4 Veyron

Finalement, après des années de développement, Bugatti met au point le fameux W16 8,0 litres qui animera la Veyron et qui continue de battre sous la peau de la Chiron ainsi que toutes ses déclinaisons comme La Voiture Noire, la Divo, etc. Au début des années 2000, la Bugatti Veyron voit enfin le jour et sa fiche technique est ahurissante : moteur W16 8.0 litres, quatre turbos, 1001 ch et 1250 Nm, 0 à 100 km/h en 2,5 secondes, vitesse de pointe de 406 km/h. La Bugatti Veyron a véritablement ouvert les portes aux hypercars, aujourd'hui, les constructeurs sont plus sereins à l'idée de commercialiser une voiture à près de 1000 ch et à des prix exorbitants.