BMW n'a jamais construit de M3 break, ou Touring dans le jargon de la marque. La police le sait très bien, et ne trouve donc pas normal que quelques BMW M3 (F80) Touring soient en circulation. Au Royaume-Uni, l'une d'entre elles a été repérée et la police britannique a décidé de la suivre à la trace afin de la saisir et de l'inspecter plus en détail. 

Le break de sport fut arrêté en novembre dernier, et après expertise, le rapport conclut que de nombreuses pièces mécaniques greffées (dont le moteur) sont issues de voitures volées. Deux BMW M3 (berline) volées ont été utilisées pour la conception de cette fausse M3 Touring. La première a été volée en 2018, tandis que la seconde a été dérobée l'année suivante. Enfin, pour la création de la carrosserie break, deux BMW Série 3 Touring ont été chipées. Il aura donc fallu voler quatre voitures pour créer le break vert.

Photos espion BMW M3 Touring - Mai 2021

Considérée comme illégale et dangereuse, cette BMW M3 Touring a été jetée dans une broyeuse sans aucune pitié. La police a même réalisé une vidéo que nous partageons avec vous en début de page, montrant la M3 Touring verte en train d'être vidée de ses liquides puis dévorée par la machine en quelques secondes comme un vulgaire jouet.

Le propriétaire de la voiture ne semble pas impliqué dans le vol des BMW et se dit ne pas être au courant de l'historique de son véhicule. C'est pourquoi, la police rappelle qu'il est très important d'inspecter un véhicule en bonne et due forme avant de l'acheter. Une voiture très en-dessous de sa cote peut paraître alléchante, mais c'est souvent une arnaque. 

"Notre Central Motorway Police Group (CMPG) forme un nombre croissant d'agents pour examiner les voitures que nous arrêtons pour identifier si elles sont clonées ou comportent des pièces volées. Ils patrouillent dans la région, arrêtent et vérifient tous les véhicules modifiés pour l'assurance et les pièces volées. Notre expert, Boyd Howells, affirme que la police a dû saisir d'innombrables voitures de personnes qui pensaient avoir fait une bonne affaire – mais en réalité, elles avaient payé des criminels pour des véhicules illégaux fabriqués à partir de pièces volées. Les acheteurs ne récupèrent pas leur argent. Nous saisissons leur véhicule car il est illégal et dangereux", a déclaré Mark Wheaver, policier spécialisé dans la traque de véhicule volé et modifié.