Découvrez notre prise en main du Mitsubishi Eclipse Cross à Geilo, en Finlande.

Mitsubishi bénéficie d'un vrai savoir-faire en matière de 4x4, et les propriétaires de Pajero (par exemple) en savent quelque chose. Mais comme vous le savez, la famille des tout-terrain est scindée en plusieurs sous-catégories. Il y les purs et durs, que l'on pourrait nommer les franchisseurs, puis il y a les SUV, qui n'ont pas vraiment vocation à s'aventurer hors des sentiers battus. D'ailleurs, certains sont même dépourvus de transmission intégrale, sans que cela ne leur porte préjudice d'un point de vue commercial.

Le Mitsubishi Eclipse dont nous allons parler appartient plutôt à la famille des SUV. Mais attention, notre modèle nippon est bien équipé d'une transmission intégrale et prétend à ce titre afficher quelques capacités tout-terrain. Mitsubishi insiste beaucoup sur ce point et nous a d'ailleurs invités à découvrir ce nouveau modèle dans des contrées lointaines et enneigées, et donc inhospitalières : les routes de la Finlande, et plus particulièrement celles des abords de Geilo.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross

Physique singulier

Vêtus d'une robe rouge, les Eclipse Cross mis à disposition sont sagement stationnés devant l'hôtel. Incontestablement, ils détonnent au milieu de la blancheur des paysages baignés d'une douce lumière matinale. Ce contraste met en valeur les volumes inhabituels du tout-terrain, qui ne ne devrait pas passer jamais inaperçu, ni ici, ni ailleurs. Les designers de Mitsubishi ont livré une copie audacieuse, étonnante, déroutante diront même ceux qui n'apprécient pas particulièrement l'audace des productions nippones.

Avec son hayon incliné, l'Eclipse Cross affiche de faux airs de SUV Coupé. Le petit aileron arrière et le pli de carrosserie partant des feux pour courir sur toute la longueur des flancs donnent du caractère au profil. Du caractère, la partie arrière en a aussi, encore plus d'ailleurs. La lunette aux formes singulières est scindée en deux par une bande lumineuse. Celle-ci relie deux feux verticaux aux pointes acérées, fixés non loin d'un bouclier plutôt épais. La partie avant reçoit la calandre Dynamic Shield chère à Mitsubishi et ses multiples éléments chromés.

À bord, l'Eclipse Cross devient bien moins exubérant, avec une planche de bord quasi uniformément noire. Quelques inserts type alu égaient vaguement l'atmosphère. D'une façon générale, finition et assemblage sont dans la moyenne des constructeurs généralistes, c'est-à-dire corrects. Le vrai point noir, c'est l'absence pure et simple de système de navigation. Cet équipement pourtant bien utile n'est même pas proposé en option. En revanche, on apprécie vivement la banquette arrière coulissante, qui permet de privilégier l'habitabilité arrière au détriment du volume de coffre (de 341 à 448 litres), ou l'inverse.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross
Essai Mitsubishi Eclipse Cross
Essai Mitsubishi Eclipse Cross

À l'aise sur la neige

Les premiers tours de roues sont rassurants, grâce à la transmission intégrale rudement efficace et aussi – il faut bien l'avouer – aux pneus cloutés. Au fil des kilomètres, la bonne impression se confirme, le système de Mitsubishi s'avérant réellement convaincant. Cette transmission fonctionnant avec des différentiels avant et arrière traditionnels et un coupleur électromagnétique dispose de trois modes. Le Snow, celui que nous avons naturellement choisi, fait varier la répartition du couple avant/arrière de 70/30 à 40/60. Avec le mode Gravel (graviers), la répartition oscille entre 80/20 et 45/55. Enfin, avec le mode Auto, on passe de 80/20 à 55/45 selon les conditions. 

Quel que soit le mode sélectionné, le système S-AWC s'adapte donc de façon continue aux difficultés rencontrées (inclinaison, virage), et ce de façon imperceptible. Il comporte un dispositif ABS-ASC qui apporte un surplus de sécurité en freinant une ou plusieurs roues si nécessaire, c'est-à-dire lorsque le sous- ou le survirage guettent.

Bref, on se sent vite en sécurité au volant de ce SUV japonais, même si le manque de visibilité arrière est perturbant. Il pouvait difficilement en être autrement avec un hayon dessiné de la sorte.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross
Essai Mitsubishi Eclipse Cross
Essai Mitsubishi Eclipse Cross

163 chevaux assez sages

La transmission à variation continue ne fait pas trop mouliner le moteur, un quatre-cylindres de 163 chevaux sans histoire, c'est-à-dire bien éduqué, linéaire mais manquant cruellement de fantaisie. L'ensemble distille beaucoup de douceur et convient finalement plutôt bien à l'Eclipse Cross. Mais la consommation paraît un peu élevée. Lorsque nous l'avons vigoureusement sollicité (sur une sorte de circuit tracé sur un lac gelé), nous avons relevé des pics à 15 litres/100 km sur la piste. Naturellement, il faut tabler sur des valeurs bien plus raisonnables en temps normal, de l'ordre de 9 à 10 litres/100 km.

Les performances nous ont semblé à la fois suffisantes et un peu décevantes compte tenu de la puissance annoncée. De toute façon, l'Eclipse Cross n'aime pas être brusqué, les suspensions un peu trop souples provoquant d'importants mouvement de caisse. En contre-partie, le confort est correct, même si les suspensions arrière sont parfois étonnamment sautillantes. Un Peugeot 3008, l'une des références en matière de châssis, offre un compromis plus convainquant.

Rappelons tout de même qu'il s'agit de sensations éprouvées sur un parcours particulier et que notre jugement différerait peut-être un peu au terme d'un essai sur route "standard". Et puis il faut aussi admettre que le SUV tricolore – dépourvu de transmission intégrale – aurait du mal à suivre l'Eclipse Cross sur les routes enneigées de Norvège. À chacun sa clientèle donc.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross

À l'heure des bilans, on se dit que l'Eclipse Cross est probablement condamné à une carrière assez confidentielle en France. Le fait de proposer une transmission intégrale, aussi satisfaisante soit-elle, n'est pas vraiment un argument choc sur notre marché. Le moteur assez puissant et énergivore semble inadapté à notre marché (avec 159 grammes de CO2 / km, il est soumis à un malus de 3853 euros). Cependant, il faut préciser qu'un diesel de 150 ch devrait arriver dans le courant de l'année.

L'Eclipse Cross est donc un engin singulier que l'on apprécie avant tout pour sa polyvalence réelle et son originalité. En revanche, ceux qui cherchent un SUV classique, c'est-à-dire avant tout économique et à l'aise sur la route, trouveront mieux ailleurs.

 
Points positifs            Points négatifs
Look singulier Soumis à un malus important
Polyvalence Pas de système de navigation 
Confort Suspensions perfectibles
 

 

Mitsubishi Eclipse Cross

Motorisation Essence, quatre-cylindres en ligne, 1499 cm³, turbo
Puissance 163 ch
Transmission Boîte de vitesses à variation continue CVT
Type de transmission Transmission intégrale
0-100 km/h 9,8 secondes
Vitesse de pointe 200 km/h
Poids 1550 kilos
Volume de coffre 341 à 448 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 8,2 l/100 km / Extra-urbain : 6,2 l/100 km / Mixte : 7 l/100 km
En vente 2017
Prix de base 24'490 euros
Prix de la version testée 35'990 euros

Galerie: Essai Mitsubishi Eclipse Cross