Le Renault Captur a toujours été l'un des crossovers du segment B les plus populaires en France, un marché sur lequel plusieurs centaines d'unités ont été vendues depuis son lancement.

C'est une formule gagnante qui a été choisie par la marque au losange qui, même pour ce restylage, s'est concentrée sur des dimensions compactes et une large gamme de moteurs, sans trop jouer sur les prix.

Quelques semaines après la présentation officielle, nous avons participé à l'essai international organisé à Madrid pour faire connaissance avec le Captur 2024 et vous livrer nos premières sensations de conduite.

L'extérieur

Tout d'abord, le restylage n'a pas modifié les dimensions de la Renault qui reste longue de 4,24 m, large de 1,80 m et haute de 1,58 m.

C'est au niveau de la face avant que les changements du Captur sont les plus évidents. Comme la Clio, le crossover a également reçu un nouveau « visage », avec des phares full-LED plus pointus et plus carrés, situés au-dessus des feux diurnes développés verticalement qui s'animent lorsque les portes sont déverrouillées.

Au centre, on trouve la nouvelle calandre plus fine et plus carrée qui abrite le logo Renault, tandis qu'en dessous se trouvent de grandes prises d'air et un mince becquet en plastique gris qui contribue à l'aérodynamisme.

Restylage du Renault Captur

Ce restylage s'accompagne également de nouvelles jantes en alliage et d'un arrière redessiné, notamment au niveau du pare-chocs.

Il faut dire que le look change sensiblement en fonction de l'équipement choisi. La gamme Captur en compte trois : Evolution, Techno et Esprit Alpine. Ce dernier est le plus abouti, avec des logos noirs, des inserts noirs sur la carrosserie et des protections gris ardoise mat, ainsi que des jantes de 19 pouces.

L'intérieur

L'équipement technologique est sans conteste la principale caractéristique de l'intérieur du Captur restylé.

Nous retrouvons ici le combiné d'instruments numérique (7" sur la version de base et 10,3" sur les versions plus hautes) et le système multimédia OpenR Link avec Google intégré, une nouveauté absolue parmi les voitures du segment B. Le système est basé sur le système d'exploitation Android Automotive 12 et sur le système de gestion de l'espace. Basé sur le système d'exploitation Android Automotive 12, le système d'infodivertissement adopte un écran vertical de 10,4 pouces avec une interface très similaire à celle d'un smartphone.

L'utilisation est intuitive et le passage d'un menu à l'autre est très facile, qu'il s'agisse de gérer la navigation ou d'activer certains modes de conduite. Entre autres, le système est mis à jour over-the-air, Renault parlant de paquets constants pour revoir non seulement la stabilité du logiciel, mais aussi l'ajout d'ADAS ou de modes de conduite.

La sellerie et les moulures de l'habitacle changent sensiblement en fonction de la finition. Du tissu gris avec surpiqûres jaunes de la finition evolution, on passe au tissu multi-grains sur les sièges et les panneaux de portes avec des inserts bleu-gris pour l'esprit Alpine.

Côté coffre, le Captur 2024 conserve la possibilité de déplacer la banquette arrière de 16 cm dans le sens longitudinal. Un avantage appréciable pour augmenter la capacité de chargement ou améliorer encore l'espace aux jambes des passagers.

Données en main, la capacité minimale de la Renault est de 616 litres lorsque la banquette est avancée au maximum, tandis qu'en rabattant les sièges, elle passe à 1 596 litres, avec une longueur de chargement de 1,57 mètre. Il en va tout autrement pour la version full hybrid, la batterie étant placée à l'arrière, ce qui réduit l'espace et la capacité de 348 à 480 litres (en fonction de la position de la banquette), jusqu'à un maximum de 1 458 litres.

À cela s'ajoutent près de 25 litres d'espace dans les différents compartiments de l'habitacle, y compris les poches situées à l'arrière des sièges avant.

Conduite

Le silence et le confort restent les armes gagnantes du Captur, surtout dans la version full hybrid de l'essai.

La crémaillère de direction a été recalibrée et l'amortissement des suspensions a été revu pour optimiser le confort. Les amortisseurs équipant les motorisations haut de gamme, à savoir le mild hybrid de 160 ch et le full hybrid de 145 ch, sont totalement nouveaux.

Le résultat est une voiture qui absorbe bien les nids de poule (malgré la rigidité des jantes 19 pouces de l'Esprit Alpine) et qui ne s'incline pas trop dans les virages. Le passage en mode Sport rend la Renault plus vive, notamment au niveau de la direction, à condition d'accepter une « intervention » plus bruyante du moteur.

Il y a aussi la boîte de vitesses Multimode (comme sur toutes les versions E-Tech des Clio, Megane et Arkana), une boîte automatique avancée sans embrayage (un embrayage à dents la remplace) qui réduit la consommation et les émissions.

Son fonctionnement est également perceptible au freinage, le mode Brake accentuant le frein moteur pour améliorer la récupération d'énergie et la recharge de la batterie de 1,2 kWh située à l'arrière du plancher.

Selon le constructeur, ce système permet de rouler en mode électrique 80 % du temps en ville.

Sur notre parcours entre périphériques, autoroutes et quelques passages urbains, nous avons relevé une consommation moyenne d'environ 5,2 l/100 km, légèrement supérieure aux 4,5-4,6 l/100 km homologués par Renault, mais qui reste modérée pour une voiture de ce type (surtout si l'on tient compte de la configuration un peu plus sportive de la finition Esprit Alpine).

Les tarifs

Les prix du nouveau Captur débutent à 24 900 € pour la finition evolution en version essence 1.0 TCe 90 ch et vont jusqu'à 32 100 € pour la finition Alpine esprit en version E-Tech full hybrid de 145 ch.

Galerie: Renault Captur restyling, l'essai par Motor1.com