Nous avons un aveu à faire. Nous adorons les modèles d'apparence discrète et sans prétention, mais qui sont capables de surpasser d'autres véhicules de grande réputation. Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une situation similaire ?

C'est pourquoi nous aimerions aujourd'hui vous parler d'un cas très particulier. Il ne s'agit pas d'un SUV... ou de l'un des modèles électriques qui abondent de nos jours, mais d'une berline qui a quelques années derrière elle. Il s'agit de la Renault Laguna, dernière génération, prédécesseur de la Talisman.

Renault Laguna GT

Renault Laguna III GT

Renault Laguna GT
Renault Laguna GT

La troisième génération de la Renault Laguna a été créée dans le but d'atteindre une grande fiabilité et avec des détails de finition proches du haut de gamme. Elle devait rivaliser avec la Citroën C5, la Ford Mondeo (qui subsiste dans d'autres pays), la Honda Accord, la Hyundai i40, la Mazda6, l'Opel Insignia, la Peugeot 508, la SEAT Exeo et la Volkswagen Passat.

Un autre des aspects les plus importants de la berline est son dynamisme. Renault a mis l'accent sur ce qu'il appelle un "châssis réactif", avec des suspensions plus fermes que celles de la Renault Laguna II.

Pour ne rien arranger, la Renault Laguna III est déclinée en version sportive GT. Sous le capot, elle peut être équipée du moteur essence 2.0 Turbo de 205 ch, un bloc qu'elle partage avec l'excellente Renault Mégane RS, mais avec une puissance moindre.

Il y avait aussi un intéressant 2.0 dCi diesel, initialement de 180 ch. Par la suite, des variantes diesel de 130 et 150 ch ont été ajoutées, dans le but d'offrir un prix de départ plus bas.

Mais la caractéristique la plus importante de la Renault Laguna GT était le système 4Control à quatre roues directrices, qui pouvait diriger les roues arrière dans la direction opposée aux roues avant (jusqu'à 60 km/h) pour une conduite agile dans les virages.

Au-delà de 60 km/h, elles tournent dans le même sens que les roues avant, optimisant ainsi la stabilité. Contrairement à ce qui se passe aujourd'hui, ce dispositif était associé à une simple suspension à torsion de l'essieu arrière, alors qu'il est désormais combiné à une suspension multibras avancée.

Pour tester les bénéfices du système au lancement, la marque a décidé d'opposer une Renault Laguna GT à une Porsche Boxster S, le cabriolet biplace à propulsion arrière de 295 ch.

Lors d'un test de changement de direction, le constructeur français a prouvé que sa berline était plus performante que le modèle allemand, tant en termes de vitesse d'entrée que de vitesse de sortie. La Renault Laguna GT a fait preuve d'une incroyable agilité entre les cônes, avec des réactions surprenantes.