La responsabilité sociale et environnementale au cœur de la réflexion des Français.

L'automobile fait face aujourd'hui à une transition assez spectaculaire. Si le législateur se penche de prime abord sur des questions écologiques relatives notamment aux émissions que produisent les véhicules, d'autres sujets gravitent également autour de tout ça. Effectivement, outre l'électrification, l'autonomie est aussi une question sur laquelle se penchent les acteurs de la mobilité. Même si ce sujet est amené à être traité à plus long terme que la transition mécanique de nos moyens de transport, les gouvernements et les industries ont déjà entamé de profondes réflexions à ce sujet.

C'est aussi le cas des Français qui, eux aussi, ont un avis sur la question puisque ce sujet les concernera dans les années à venir. Selon une étude menée par le cabinet Wavestone en partenariat avec Elabe sur la mobilité de demain, 41 % des Français seraient prêts à se déplacer en véhicules autonomes. Cette enquête a été réalisée en octobre 2018 auprès de 1001 individus. C'est sous l'angle de la responsabilité sociale et environnementale que les Français abordent la mobilité de demain. Pour 53 % d’entre eux, la mobilité future devra être accessible financièrement, mais aussi respectueuse de l’environnement pour 47 % des personnes interrogéesPlus d'un tiers d’entre eux (40 %) place ensuite la sécurité et la réduction des accidents parmi les critères les plus importants, tout comme la sûreté et la réduction des agressions (36%).

La voiture hybride plébiscitée

Les voitures hybrides prennent peu à peu de l'importance sur le marché automobile, même si leurs ventes sont loin d'égaler celles des modèles thermiques. Cependant, dans les intentions d'acquisitions futures des Français, la voiture hybride (41 %) fait quasiment jeu égal avec les voitures essence ou diesel (43 %). Étonnement, les 18-24 ans ont une appétence assez particulière pour les voitures diesel malgré l'abattage médiatique que subit cette énergie. 31 % d'entre eux ont une intention d'acquisition d'un modèle diesel contre seulement 17 % pour l'ensemble des Français. Cela s'explique peut-être par l'image de la plus grande accessibilité tarifaires des modèles diesel. Concernant les voitures 100 % électriques, 12 % des Français envisagent une acquisition dans le futur. Le faible nombre d'infrastructures aujourd'hui ne plaide pas en la faveur du tout électrique.

La voiture a-t-elle vraiment un avenir dans l'esprit des Français ?

Toujours selon cette étude, près de 50% des possesseurs de voiture sont prêts à l’abandonner pour des solutions alternatives. Plus précisément, 47 % des possesseurs de voiture se déclarent prêts à l’abandonner. C'est encore plus élevé chez les 18-25 ans (54 %) et les 25-34 ans (55 %). Parmi les solutions alternatives qu’ils privilégient figurent les transports collectifs (33 % et 41 % chez les 25-34 ans) la marche à pied (30 %), le vélo (27%, et 42 % chez les 18-24 ans).

D'autres solutions alternatives à la possession d’une voiture sont également envisagées avec le covoiturage (23 %), l'autopartage (19 %), la location de voiture à des professionnels (16 %), la location de voiture à des particuliers (16 %) et l'usage de Taxis ou VTC (15 %) Les Français se montrent plutôt ouverts aux véhicules autonomes puisque 41 % se déclarent prêts à se déplacer dans une voiture ou une navette 100 % autonome. Ce pourcentage monte à 51 % chez les cadres et à 48 % chez les 18-24 ans.