Il agirait en tant que chargeur de batteries, mais pourrait être parfait en support pour les hybrides.

Les rumeurs de l'abandon prochain du moteur rotatif par Mazda existent, et il est vrai que depuis la sculpturale RX8, la marque japonaise n'a pas cherché à présenter de nouveaux modèles équipés du moteur dit Wankel, utilisant des pistons rotatifs. Pourtant, il semblerait que cette technologie puisse être utilisée de nouveau à l'avenir, mais pas pour des voitures de sports.

Mazda, selon Autoblog, aurait déposé des brevets de voitures à moteurs électriques équipées de moteurs essence. Si le premier est plutôt classique, le second est bien plus intéressant avec un moteur rotatif amélioré.

Lire aussi :

Ce dernier montre en effet un système de stop-and-start sur le bloc Wankel qui permet d'arrêter précisément le moteur dans son cycle d'exploitation. Ainsi, cette version hybride pourrait permettre d'améliorer l'économie de carburant et donc, de limiter les émissions, à condition que l'ensemble soit fiabilisé. Ironie de l'histoire, dans les années 1970, ce type de motorisation avait été mise de côté en raison de ses trop grandes consommations.

wankel-rotary-patent

Un deuxième brevet qui comprend une place pour installer un système hybride, ce qui sous-entend que ce moteur ne fonctionnerait pas en moteur essence autonome, mais bien associé à un moteur électrique.

Ce n'est pas la première fois que Mazda ressort son moteur spécifique. Par le passé, une Mazda 2 hybride avec un petit bloc rotatif avait été présentée, mais ce projet n'a pas eu de suite. Il est vrai qu'un système électrique associé à un bloc rotatif viendrait pallier aux faiblesses de ce dernier.

Le Wankel est poursuivi par une réputation de mauvaise fiabilité et surtout, d'un manque de couple criant. L'adjonction d'un bloc électrique permettrait donc d'en améliorer le rendement jusqu'aux hauts régimes, où, en revanche, ce type de moteur brille par son efficacité et sa douceur d'utilisation. D'autant que le Wankel reste un bloc compact et énergique.

Pourquoi donc ne pas voir les blocs rotatifs revenir sous les capots de Mazda ? Rien que pour le son, on ose y croire !

Lire aussi :