Quatre catégories, une trentaine de voitures au départ... Comment fonctionne donc ce Championnat du monde ?

Ce week-end du 15 et 16 avril marque le lancement du WEC, le Championnat du monde d'Endurance, avec une première manche à Silverstone, Grande-Bretagne. Une compétition qui rassemble les meilleures équipes d'Endurance. On y retrouve quatre catégories engagées, allant du LMP1, la catégorie reine, au GTE Am, qui rassemble des équipages en partie amateurs. Les courses se déroulent sur six heures pour la plupart, à l'exception des 24 Heures du Mans, temps fort de la saison, qui se disputent en juin. Une trentaine d'équipe sont alignées.

WEC - Monza 2017
WEC - Monza 2017

Comment fonctionne une course d'Endurance ?

Sur le fond, c'est comme un Grand Prix de vitesse, sauf qu'il faut tenir sur une longue période. Les voitures participent à des courses de six heures. Pour arriver au bout, les ravitaillements en essence et les changements de pneus sont autorisés. Sur la voiture, trois pilotes sont engagés, qui doivent se partager le volant. Chacun prend son relais à tour de rôle, sachant que les pilotes doivent respecter une durée minimum et maximum au volant.

Porsche
Toyota

Enfin, le travail des équipes techniques est très important, car la victoire peut se jouer sur le temps passé dans les stands. Toute l'intelligence de l'Endurance et de savoir limiter sa consommation de carburant et de pneumatiques, tout en allant vite. En piste, il faut gérer le trafic, car les différentes catégories ne roulent pas à la même vitesse : les LMP1 sont très rapides, tandis que les GTE Am ont un rythme beaucoup moins élevé. Sur un circuit comme Silverstone, le différentiel est de 20 secondes au tour !

Combien de courses sont au programme ?

Neuf manches sont prévues, avec une première partie en Europe, et comme temps fort, les 24 Heures du Mans, en juin. Le Mans est une course spéciale, car celle-ci dure 24 heures. Dans cette course, on retrouve bien sur les concurrents du WEC, mais également des voitures ayant remporté des compétitions dans les championnats américains, asiatiques et européens. Après la campagne européenne, le championnat se déplace sur le continent américain, avant de se rendre en Asie, puis au Moyen-Orient. Silverstone vient ouvrir le championnat ce dimanche 16 avril 2017.

Les neufs manches du WEC en 2017

Date Evénement
16 avril  6 Heures de Silverstone
6 mai  6 Heures de Spa-Francorchamps
17-18 juin  24 Heures du Mans
16 juillet  6 Heures du Nürburgring
3 septembre  6 Heures de Mexico
16 septembre  6 Heures du COTA
15 octobre  6 Heures de Fuji
5 novembre  6 Heures de Shanghaï
18 novembre  6 Heures de Barheïn

Qu'est-ce qu'une LMP1 ?

C'est la voiture reine en Endurance. Ici, on se bat pour la victoire au classement général. Les LMP1 représentent la catégorie des constructeurs. Ainsi, Toyota et Porsche sont engagés cette saison. Un duel quelque peu imposé par le départ d'Audi, en fin de saison dernière. Les voitures produisent environ 1000 chevaux avec les moteurs thermiques et électriques, et doivent respecter des consommations d'énergie très strictes, imposées par le règlement. Il faut donc être rapide et économe.

La part belle est faite aux progrès technologiques, avec des systèmes hybrides très poussés. Par exemple, les voitures ne peuvent s'engager dans la pit-lane qu'en mode tout électrique. Contrairement à la F1, les choix techniques sont libres. Ainsi Toyota et Porsche n'ont pas choisit la même architecture : V6 Turbo pour Toyota, V4 Turbo pour Porsche. L'an dernier, Audi engageait un V6 diesel turbo.

 

Une LMP2, est-ce une LMP1 moins puissante ?

Sur la forme, oui, mais sur le fond, une LMP2 n'a plus grand chose à voir avec une LMP1. D'un côté, la liberté technique du LMP1 impose des coûts importants. On parle de 200 millions d'euros de budget pour les équipes officielles. Aussi le LMP2 propose aux écuries privées un matériel performant, mais évidemment moins rapide. 

Le règlement a évolué cette saison, puisque les LMP2 disposent toutes d'un moteur Gibson V8 de 600 chevaux, sans système hybride, le tout associé à quatre châssis imposés par le règlement : ORECA, Ligier, Riley et Dallara. En WEC, la mode est au châssis ORECA puisque toutes les équipes ont porté leur choix sur ce dernier. Même l'Alpine, seul châssis engagé sous le nom d'un constructeur, n'est autre qu'une ORECA 07 rebadgée.

Alpine_A470

Côté pilote, un "amateur" au moins, selon une catégorisation définie, doit être dans l'équipage. C'est ainsi que des personnes ayant un travail en semaine autre que le pilotage, sont engagés, à l'image de François Perrodo, président du groupe pétrolier Perenco, Pierre Thiriet, cadre dans l'entreprise de surgelés familiale, ou encore Julien Canal, responsable de plusieurs restaurant McDonald's au Mans.

 

Qu'est-ce que le GTE Pro ? 

Le GTE est une catégorie qui regroupe des voitures issues de la série mais adaptées à la course. Ainsi, on retrouve sur la grille, des équipes officielles : Ford, Ferrari, Aston Martin et Porsche, auxquelles s'ajoute Corvette pour les 24 Heures du Mans. La catégorisation Pro rassemble donc les constructeurs, et permet un certain nombre de développement en cours de saison. De même, les équipages peuvent être uniquement composés de pilotes professionnels. Les différences techniques sont compensées par une balance des performances, qui permet d'avoir un plateau équilibré.

 

Mais en quoi consiste le GTE Am ?

Le GTE Am reprend le règlement technique du GTE, à la différence que les écuries ne peuvent profiter que des voitures des années précédentes, donc homologuées au maximum en 2016. Au volant, on retrouve le système de catégorisation des pilotes, et au moins un pilote amateur doit faire partie d'un équipage.

WEC - Monza 2017
WEC - Monza 2017

Dimanche 16 avril, départ des 6 Heures de Silverstone à 13 h.

Illustrations : Camille De Bastiani

WEC - Monza 2017