L'écurie néo-zélandaise puis anglaise s'est toujours attiré les services de grands constructeurs pour la motoriser. Découvrez-les en photos !

Renault et McLaren rouleront ensemble à partir de la saison 2018. Depuis la création de l'écurie en 1966, ce sont neuf constructeurs qui ont collaboré avec l'écurie mythique de Bruce McLaren. Retour dans le passé en photos !

Lire aussi:

1966 - Ford et Serenissima

1966 : Ford et Serenissima

Deux moteurs pour la première saison de McLaren en F1. Tout d'abord, un V8 qui sera utilisé à trois reprises, avec une cinquième place au Grand Prix des États-Unis. En Grande-Bretagne, c'est un bloc Serenissima, qui était un bloc ATS rebadgé qui propulse la monoplace M2B. Elle termine sixième en course.

1967 - BRM

1967 : BRM

Avant l'époque du V8 Cosworth, les moteurs BRM étaient la référence. McLaren en utilisera au cours de la saison 1967. En revanche, ce sera moins prolifique qu'avec les blocs Ford de l'année précédente. Seuls trois points sont marqués cette saison-là, avec la quatrième place à Monaco.

1968 - BRM et Ford

1968 : BRM et Ford

Si l'équipe officielle McLaren profite de l'excellence du V8 Cosworth, moteur référence pour quelques années, avec trois victoires au compteur, BRM n'est pas encore mis de côté. Jo Bonnier, engagé sur voiture privée, gardera ce moteur sur sa voiture. Pour l'équipe officielle, la collaboration avec Ford se poursuit la saison suivante, avec une victoire et la quatrième position chez les constructeurs.

Lire aussi:

1969 : Ford

1970 - Alfa Romeo et Ford

Vous avez bien lu, Alfa Romeo va équiper des McLaren, en l'occurrence celles de Andrea de Adamich. Sans vrai succès en quatre courses cependant. Pendant ce temps, Ford et l'équipe officielle poursuivent leur collaboration, avec une cinquième place au classement constructeur, mais sans victoire cette année-là. En juin, McLaren se tue au volant de son prototype Can An. L'équipe va survivre à sa disparition.

1971-1983 - Ford

1971-1983 : Ford

Dans les années 1970, Ford et McLaren continuent de travailler ensemble. Une période faste, avec les titres de Fittipaldi (1974) et Hunt (1976), et un titre constructeur. 26 victoires en 13 saisons viennent marquer cette époque.

1983-1987 - Tag Porsche

1983-1987 : TAG Porsche

La fin des années 1970 a été compliquée, et l'arrivée de Ron Dennis à la tête de l'écurie vient marquer un renouveau. Il s'associe avec Porsche pour développer un moteur Turbo, avec l'aide de TAG et Mansour Ojjeh, qui financera l'opération. McLaren remporte tous les titres mis en jeu en 1984 et 1985, ainsi que le titre pilotes en 1986 grâce à Alain Prost.

Lire aussi:

1988-1992 - Honda

1988-1992 : Honda

Lorsque Honda vient remplacer le moteur Porsche chez McLaren, Prost est au sommet de sa gloire, et un certain Ayrton Senna rejoint l'écurie. Avec les monoplaces de Gordon Murray, tout est en place pour dominer outrageusement la concurrence. L'équipe écrase tout en 1988 et 1989. Et si Prost s'en va fin 1989, Senna et McLaren remportent ensuite les titres 1990 et 1991. En 1992, Honda arrête l'aventure, face à la montée en puissance de Williams-Renault.

1993 - Ford

1993 : Ford

Ford fait de nouveau son retour sous le capot de l'écurie, mais le V8 est trop peu puissant pour permettre la victoire à McLaren à la régulière. Le talent de Senna permet de compenser, et d'arracher cinq beaux succès. Les derniers avant quelques années.

1994 - Peugeot

1994 : Peugeot

Oui, PSA et McLaren ont collaboré, avec le statut d'usine pour l'équipe anglaise, mais la collaboration ne dure qu'un an. Après une saison de huit podiums, McLaren approche Mercedes et Peugeot va rejoindre Jordan.

1995-2014 - Mercedes

1995-2014 : Mercedes
1995-2014 : Mercedes
1995-2014 : Mercedes

La collaboration la plus longue pour l'équipe anglaise. Avec Mercedes et Häkkinen, McLaren remporte les titres titres pilotes en 1998-1999 et constructeur en 1998, puis va de nouveau se battre pour les titres tous les ans jusqu'en 2005. En 2006, la saison sera plus compliquée, avant un retour en force avec Hamilton et Alonso, qui se conclura par un fiasco, entre scandale de triche et mauvaise entente des pilotes. En 2010 et 2012, Jenson Button et Lewis Hamilton feront des étincelles, mais la situation se dégrade entre Mercedes et McLaren. Mi 2013, l'équipe annonce son retour avec Honda.

2015-2016 - Honda

2015-2017 : Honda

Alonso et Honda pouvaient permettre à l'écurie de fonder de grands espoirs. Ce sera un fiasco complet. Aucun podium, une fiabilité exécrable, et des performances catastrophiques vont consommer un mariage peu glorieux.

Lire aussi:

2017-??? - Renault

2018 : Renault

McLaren fait son retour avec un constructeur français, qui a tout de même remporté plusieurs victoires ces dernières années, et a dominé la catégorie au début des années 2010. De quoi fonder quelques espoirs ?

 

Source: Motorsport.com

F1 - Les motoristes de McLaren