Un turbo pour l'Urus, mais pas pour les supercars de la marque.

Avec l'Urus, Lamborghini tient son premier modèle équipé d'un turbo. Cependant, la marque italienne est toujours attachée aux blocs atmosphériques, qui constituent à ses yeux la meilleure option pour ses supercars. Consciente que ces moteurs doivent évoluer pour ne pas disparaître complètement, elle cherche actuellement la solution miracle et s'oriente semble-t-il vers la technologie hybride.

Maurizio Reggiani, le directeur technique de Lamborghini, a très clairement évoqué cette piste dans une interview accordée à des journalistes anglais. Tout en concédant que sa marque ne pouvait ignorer la mise en place de normes plus sévères, il a affirmé sans détour qu'elle continuerait de "choisir le moteur atmosphériques pour les supercars", avant d'ajouter : "Je suis convaincu que le moteur atmosphérique couplé à un système hybride peut être la bonne réponse".

Lire aussi :

Lamborghini pourrait d'abord implanter une motorisation hybride sur la remplaçante de la Huracan, puis dans un second temps sur la future Aventador, qui devrait voir le jour à l'horizon 2022. Le défi est de taille pour une marque de cet acabit, qui est dans l'obligation de proposer une technologie de pointe dès le début. Maurizio Reggiani admet lui-même que la densité des batteries doit encore évoluer, et que le poids de celles-ci constitue toujours un problème à ce stade. Mais les solutions existent, cela ne fait quasiment aucun doute.

Sur le plus long terme, il n'est pas impossible que certaines supercars de la marque passent au tout électrique. Lamborghini l'a en tout cas fortement suggéré en présentant le futuriste concept Terzo Millennio l'année dernière.

Source : Autocar