Premier contact avec les deux modèles !

Le Mondial de l'Automobile s'est ouvert à Paris avec l'émergence d'un constructeur, VinFast, qui peut s'enorgueillir d'avoir été le premier manufacturier automobile vietnamien à s'exposer en Europe. Les deux modèles présentés avaient déjà été annoncés en avance, et l'on a pu les découvrir sur le stand de la jeune marque.

Lire aussi

En effet, VinFast n'existait pas il y a deux ans, et s'est rapidement construite grâce aux levées de fonds, à l'image de la start-up chinoise de l'automobile électrique, NIO. Ce sont donc aujourd'hui une berline et un SUV dont le design avait été choisi par le public que le constructeur a exposé dans les allées du Mondial, et l'on a retrouvé les modèles entrevus sur les photos officielles publiées il y a quelques semaines.

La VinFast LUX A2.0, est basée techniquement sur la BMW Série 5 et dessinée par Pininfarina. Aussi, il n'est pas étonnant de retrouver une attention au détail que l'on connaissait déjà au styliste italien, avec notamment un jeu très réussi sur les signatures lumineuses, effilées, qui viennent embrasser le V du logo à l'avant comme à l'arrière. De profil, le long capot et la ceinture de caisse plutôt haute ne laissent pas de doute sur la filiation technique avec la marque bavaroise.

Vinfast A2.0
Vinfast A2.0
Vinfast A2.0

Le SUV LUX SA2.0 (les noms ne sont pas très poétiques), quant à lui, reprend la plateforme du BMW X5. Là encore on retrouve le même travaille sur les signatures lumineuses, avec quatre griffes à l'arrière qui font un peu penser aux optiques Peugeot. En revanche, la ligne plutôt de la bête ne laisse peu de doute sur ses liens avec le SUV allemand, notamment au niveau des arêtes saillantes sur ses flancs.

Vinfast Lux SA2.0
Vinfast Lux SA2.0
Vinfast Lux SA2.0

Sans renier des inspirations à Alfa Romeo ou Volvo, VinFast présente deux modèles au design sérieux et réussi. Nous avons également pu découvrir l'habitacle des deux modèles, où l'on trouve un grand écran tactile central, mais aussi un tableau de bord virtuel. Côté technique pure, c'est un peu moins convaincant puisque la jeune marque récupère les 4 cylindres 2 litres turbo essence de BMW, affichant 180 ou 230 chevaux. Enfin, ces véhicules ne répondent qu'aux normes Euro 5 et malgré leur présentation en Europe, ne pourraient pas encore y être homologués.