Les habitants ne les aiment pas !

Si l'absence de courtoisie entre conducteurs est malheureusement devenue une norme sur les routes, et que l'on est habitués à voir des machines subir des dégradations lorsqu'il s'agit de radars automatiques, il est beaucoup moins courant de voir des humains s'attaquer à des intelligences artificielles. C'est pourtant ce qu'il se passe aux États-Unis dans la ville de Chandler, dans l'Arizona, où les habitants ont décidé de lutter contre l'arrivée des voitures autonomes Waymo.

Anciennement Google Cars, ces voitures autonomes sont en tests dans les rues de la ville depuis 2017, mais les Chrysler Pacifica Hybrid ne semblent pas plaire aux riverains puisque "deux douzaines" d'attaques ont été recensées depuis que ces voitures sont arrivées dans la ville. Les habitants s'y opposent ouvertement, assurant craindre pour leur sécurité, mais aussi pour leurs emplois.

Un couple résidant à Chandler, les O'Polka, a clairement pris position contre ces voitures intelligentes après que leur fils a failli se faire renverser, selon eux, par l'une d'entre elles. Erik O'Polka a été rappelé à l'ordre après s'être attaqué à l'un de ces monospaces avec sa Jeep Wrangler, tandis que sa femme explique faire en sorte de les bloquer pour ensuite leur hurler dessus.  

Google ne veut pas porter plainte

"Il y a d'autres endroits où ils peuvent faire des tests. Ils disent qu'ils ont besoin d'exemple de la 'vraie vie', mais je ne veux pas être leur erreur de la 'vraie vie'", a expliqué Erik O'Polka. Google, qui possède Waymo, a refusé de porter plainte contre les habitants agacés et a même refusé de donner à la police les images d'un autre habitant cherchant à déstabiliser l'une de ces intelligences artificielles avec sa propre voiture.

Si Google fait profil bas, c'est notamment parce qu'une passante avait été tuée en mars dernier par une voiture autonome, possédée par Uber, dans la ville proche de Tempe. Cet incident, dont l'enquête avait révélé que la voiture avait consciemment choisi de ne pas éviter la piétonne, n'a pas aidé les riverains à faire confiance à ces technologies. Les employés chargés de conduire ces tests ont pour consigne de reprendre le contrôle des voitures lorsque celles-ci sont ciblées par des attaques.

 

La voiture autonome, aussi développée par Tesla avec son Autopilot

'