Non, elle ne deviendra pas 100 % électrique.

Au Salon de Detroit (qui fermera ses portes le 27 janvier 2019), les journalistes du quotidien The Detroit News ont posé quelques questions à Mike Manley, le boss du groupe FCA. Celui-ci est longuement revenu sur la Dodge Challenger, qui malgré son âge, se vend encore très bien aux États-Unis mais qui doit se réinventer pour rester dans la course. Ainsi, chez FCA, on ne ferme pas la porte à l'électrification de la muscle car. 

"Je pense que l'électrification fera certainement partie de la formule qui déterminera ce qu'est le muscle américain dans l'avenir ", a déclaré M. Manley. "Ce ne sera pas un moteur V8 suralimenté de 700 chevaux." Mike Manley.

Selon le patron du groupe, avec des normes écologiques qui deviennent compliquées à respecter, il est probable que la future Dodge Challenger abandonne son gros moteur V8 au profit d'un V6 bi-turbo. Ce dernier pourrait être couplé à un petit moteur électrique, lequel servirait de boost à la muscle car. Ce n'est pas tout, puisqu'en entrée de gamme, la Dodge Challenger devrait se contenter d'un moteur encore plus petit, un quatre-cylindres de 2,0 litres qui lui aussi serait couplé à un moteur électrique. 

Bien entendu, ce ne sont que des hypothèses, mais une chose est sûre, chez FCA, on envisage des solutions alternatives pour animer la future Dodge Challenger. 

"La réalité, c'est que les plateformes et les technologies que nous avons utilisées doivent évoluer. Ils ne pourront plus exister après 2020." Mike Manley.

Après les Européennes, c'est donc au tour des Américaines de perdre un peu de leur âme. Les muscle car sont des voitures censées hérisser les poils, de par leur design, leur sonorité démoniaque ainsi que par leur mécanique particulièrement énergivore. Que cela vous rassure, la future Challenger ne sera pas électrique. Au pire, elle sera hybride, mais Dodge fera son maximum pour que la voiture conserve son intégrité.

Source : The Detroit News

'
 

Galerie: Essai Dodge Challenger SRT Hellcat Redeye