Les voitures produites ne seront pas seulement destinées au marché local.

Le constructeur japonnais a annoncé la construction d'une usine en Algérie. Selon le communiqué, les travaux débuteront au premier semestre 2020. La nouvelle usine de Nissan en Algérie produira quatre modèles, que la marque n'a pas encore mentionnés. Lors de son inauguration, cette usine aura une capacité de 63'500 véhicules par an, ce qui portera la capacité de production totale de Nissan en Afrique à plus de 200'000 véhicules par an.
 
L'usine Nissan sera implantée dans la région d'Oran, et devrait permettre la création de 1800 emplois directs et de 3000 emplois indirects. Pour mener son projet à bien, Nissan s'est associé au groupe algérien Hasnaoui. Ensemble, ils devraient investir près de 160 millions d'euros pour la construction de cette usine. Contrairement à d'autres constructeurs, Nissan entend bien exporter les véhicules montés dans son usine algérienne ainsi que les pièces de rechange fabriquées par ses fournisseurs algériens comme le confirme Peyman Kargar, vice-président senior du groupe Nissan : "Dés lors que les véhicules répondront aux normes internationales ainsi que leurs composants. Il n’y aura pas d’obstacles à leur exportation. L’exportation des pièces de rechange au même titre que l’exportation des véhicules assemblés font partie de notre plan de développement" rapporte le site TSA.
 
L'Algérie est le second marché automobile africain après l'Afrique du Sud. Le gouvernement algérien a coupé court aux importations et encourage les constructeurs à produire localement. Renault a déjà son usine en Algérie, tout comme le groupe Volkswagen et PSA. Dernièrement, Audi a annoncé le montage des A3 et Q2 en Algérie.