La famille Peugeot, actionnaire de référence du groupe PSA, a voté à l'unanimité en faveur de cette fusion.

Après quelques semaines sans nouvelles, voilà un peu de nouveau dans l'affaire de la fin de l'année : la potentielle fusion entre le groupe FCA et le groupe PSA. Nous venons d'apprendre que la famille Peugeot, actionnaire de référence du groupe PSA, avait voté à l'unanimité en faveur du projet de fusion entre les deux géants de l'industrie automobile. Ce mardi après-midi, le conseil de surveillance de PSA devrait se prononcer sur le mariage entre les deux entités. "Sur le projet de rapprochement, la famille a voté à l'unanimité son soutien à Carlos Tavares (président du directoire de PSA, NDLR) sur l'opération en cours", a indiqué une source proche de la famille. "Dans le projet futur de rapprochement, la famille Peugeot aura la possibilité de prendre 2,5 % de plus et deviendra un des actionnaires principaux du groupe", a-t-elle poursuivi, ajoutant que cette augmentation pourrait se faire dans un délai de "six ou sept ans".

Carlos Tavares en tant que grand manitou ?

Concernant la gouvernance, "la famille Peugeot sera représentée au futur conseil", toujours selon cette source. John Elkann, l'actuel président de FCA et héritier de la famille fondatrice Agnelli, présiderait le nouveau conseil d'administration, tandis que Carlos Tavares deviendrait directeur général du groupe venant de fusionner. Le nouveau conseil d'administration serait composé de onze membres: cinq nommés par FCA, cinq par PSA, le onzième étant Carlos Tavares. Dans le cadre de cette fusion, FCA distribuerait à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 5,5 milliards d'euros, tandis que PSA cèderait aux siens ses 46 % de parts qu'il détient au sein de l'équipementier Faurecia. L'annonce officielle devrait avoir lieu avant les fêtes de fin d'année d'après une de nos sources très proches du dossier, les deux partis étant "enfermés depuis des semaines au sein du cabinet d'un groupe d'avocats afin de finaliser la fusion."

Numéro quatre mondial

La nouvelle entité de plus de 400'000 salariés deviendrait alors le numéro quatre mondial du secteur, avec 8,7 millions de véhicules vendus sous les marques Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, DS, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot et Vauxhall. Ce mariage permettra d'effectuer de nombreuses synergies entre les deux groupes, PSA se faciliterait la vie dans sa conquête de l'Amérique, tandis que FCA verrait l'arrivée des technologies électriques du groupe PSA au sein de sa gamme d'un très bon œil, eux qui ne sont pas forcément en avance à ce sujet. La confirmation de la fusion entre les deux géants de l'industrie automobile devrait intervenir incessamment sous peu.