Les moteurs à combustion "auront un avenir plus long que ce que certains prédisent".

Qui a dit que les moteurs à combustion interne étaient finis ? Ce n'est pas Volkswagen en tout cas. Le groupe allemand croit encore à ces moteurs, et pour preuve, il poursuit leur développement. Néanmoins, ces moteurs n'ont pas forcément bonne presse, surtout depuis le scandale du Dieselgate. De plus, la communauté européenne impose aux constructeurs d'abaisser les émissions de CO2 de leurs moteurs au risque de payer de lourdes amendes. C'est pourquoi, un à un, les fabricants se tournent vers l'électrique.

Volkswagen n'est pas en reste, le constructeur a investi des milliards d'euros pour développer toute une gamme de véhicules 100 % électriques. Il s'agit de la gamme ID. dont le premier modèle peine à être lancé. Le constructeur prévoit l'arrivée d'autres modèles au cours des prochains mois, à commencer par le SUV ID.4 que nos photographes ont espionné à plusieurs reprises. S'ils ne sont pas 100 % électriques, les Volkswagen sont aussi hybrides à l'image de la nouvelle Golf GTE.

Toutefois, le constructeur allemand n'est pas prêt de lâcher le thermique, et pour preuve, il vient de donner une nouvelle vie à son moteur diesel (EA 288 EVO) que l'on retrouve sous le capot de la Golf 8. Celui-ci a été amélioré et est dorénavant associé à deux catalyseurs pour réduire au maximum les émissions de particules nocives. Ce n'est pas terminé, car parallèlement à cela, le constructeur a mis à contribution ses ingénieurs pour développer des carburants synthétiques, ou des biocarburants, qui sont bien plus respectueux de l'environnement.

Dans une interview accordée à Autocar, Matthias Rabe, le directeur technique de Volkswagen, a expliqué que le moteur thermique avait encore de l'avenir grâce au développement de biocarburants. Ce sont des carburants de substitution que l'on obtient à partir de la biomasse. On parle aussi de carburants synthétiques, qui peuvent aussi bien être mélangés aux carburants d'origine fossile (essence et gazole). C'est le cas par exemple de l'E85. Volkswagen ne veut pas s'arrêter là et espère que les biocarburants sauveront les moteurs à combustion interne.