Les voitures électriques ont beau gagner du terrain, les ventes de voitures thermiques représentent encore une part trop importante qu'il est inconcevable pour le constructeur allemand de les abandonner du jour au lendemain. Pour preuve, les voitures à essence ont représenté 40% des ventes de voitures neuves en Europe. C'est 19,6 % pour les voitures diesel, et seulement 8,9 % pour les véhicules 100 % électriques. 

L'électrique, Oui ! Mais...

Automobilwoche rapporte que le patron de BMW, Oliver Zipse, a mis en garde contre la sortie prématurée des motorisations thermiques estimant que l'électromobilité n'était pas encore tout à fait prête

"L'électromobilité est certes aujourd'hui le segment de marché qui connaît la plus forte croissance, mais le plus grand segment de marché en valeur absolue est, de loin, en Allemagne, mais aussi en Europe et dans le monde, celui des véhicules à combustion. Avant d'arrêter purement et simplement une telle chose dans les huit ou dix ans, il faut bien savoir ce que l'on fait"

Oliver Zipse, président du conseil d'administration de BMW.

BMW i4
BMW i4, 100% électrique
Essai BMW Série 4 Cabriolet (2021)
BMW Série 4 Cabriolet, 100% thermique

Le constructeur allemand se montre plus prudent que ses concurrents à l'égard des voitures électriques. Cela ne l'empêche pas non plus de commercialiser des modèles à piles, tels que les BMW iX3, i4 et iX. BMW ne veut tout simplement pas basculer vers le tout électrique du jour au lendemain, et d'abandonner complètement les motorisations thermiques. 

C'est d'ailleurs l'un des seuls constructeurs automobiles à encore croire en l'avenir des moteurs à combustion. Il a dernièrement annoncé développer une nouvelle génération de moteurs essence et diesel, aussi bien à six que huit cylindres (voir en fin d'article). Les fans de la marque s'en réjouissent, il faut dire que Mercedes-Benz souhaite devenir 100% électrique dès 2030, et qu'Audi compte le faire dans seulement quatre ans. 

Une approche différente

"Si l'on tente d'interdire cette technologie en Allemagne et en Europe, mais que le marché mondial n'est pas encore prêt, on perdra également cette technologie sur le marché mondial. C'est pourquoi nous mettons également en garde contre le fait de le faire trop tôt et de ne pas donner à la transformation une chance d'évoluer avec les marchés. Il serait dommageable d'abandonner sans nécessité une technologie dans laquelle nous avons une position sur le marché mondial, et que d'autres s'engouffrent ensuite dans ce segment de marché. Je pense que cela n'aiderait ni le climat ni personne d'autre", a déclaré Oliver Zipse.

Il est clair que BMW continuera de produire des modèles thermiques, tant que la réglementation l'autorisera de le faire. Peut-être que le salut viendra de l'essence synthétique, que Porsche développe et qu'il produira dans son usine en construction à Punta Arenas, en Patagonie chilienne.